⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
depuis avril 2020, et les propositions de loi et rapports depuis janvier 2020 ne peuvent plus être intégrés.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.

Interventions sur "parents"

35 interventions trouvées.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaSabine Rubin :

Monsieur le ministre, je veux tout d'abord appeler votre attention sur des incidents dont j'ai récemment été informée. Dans deux des lycées de ma circonscription, que j'évoquais en défendant la motion de rejet préalable déposée par mon groupe, des enseignants qui souhaitaient organiser sur leur lieu de travail, avec des parents d'élèves, un débat portant sur la réforme, ont été évacués par la force et avec brutalité, à la demande des proviseurs. À l'heure du Grand débat, quelle raison peut donc justifier que l'on interdise à des enseignants de débattre eux aussi de ce point sur leur lieu de travail ? Pour ce qui est de l'amendement no 574, s'il existe effectivement un code de bonne conduite des entreprises souhaitant i...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaXavier Breton :

...ns essentielles. Or, il n'est pas fait mention du rôle de la famille dans cette éducation. Nous proposons donc que, dans cet article crucial, qui exprime une certaine vision de l'éducation, il soit indiqué que, si le système éducatif peut prendre part à celle-ci, ce soit dans le respect de l'éducation transmise par la famille. Pour nous, en effet, les premiers éducateurs d'un enfant, ce sont ses parents. Une certaine approche tend, à travers la notion de coéducation, à tout globaliser. Selon cette conception, l'État se trouverait à égalité avec les familles, ou devrait même les marginaliser en préemptant, à leur détriment, l'éducation de l'enfant. Ce que nous souhaitons, pour notre part, c'est que soit inscrit dans la loi que la famille est le premier éducateur des enfants et que, si l'éducatio...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaEmmanuelle Ménard :

Je souscris à tout ce que vient de dire mon collègue Breton. L'objet du présent amendement est d'inscrire dans la loi le respect des choix éducatifs des parents ou des responsables légaux de l'enfant. En effet, contrairement à ce que l'on pourrait penser, cela ne va pas de soi – malheureusement. Les ministres qui se sont succédé n'ont guère rassuré les parents sur ce sujet. Vincent Peillon se référait sans complexe à l'idéologie révolutionnaire et Najat Vallaud-Belkacem lançait des plans de lutte contre les discriminations qui diffusaient, en réalité, de...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaEmmanuelle Ménard :

...à que « jusqu'à 6 ans l'enfant échappe à la vigilance du législateur, et que cette portion importante de la vie reste abandonnée aux préjugés subsistants et à la merci des vieilles erreurs ». Si le contexte a changé, vous continuez, monsieur le ministre, à affirmer que cette période de la vie ne peut pas être laissée au hasard. Il me semble au contraire important de réaffirmer avec force que les parents ne doivent pas être dépossédés de leur mission d'éducation, à moins qu'ils ne démissionnent et qu'on ne les déresponsabilise complètement. Il est d'ailleurs inscrit à l'article 26, alinéa 3, de la Déclaration universelle des droits de l'homme que les parents sont les premiers éducateurs de leurs enfants. Si l'instruction obligatoire est très largement assurée par les écoles, il est nécessaire que...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaLudovic Pajot :

Cet amendement s'inscrit dans la même ligne que les deux précédents. Vous avez voulu, monsieur le ministre, donner à votre projet de loi le titre : « Pour une école de la confiance ». Le présent amendement s'inscrit dans cette perspective. Notre code de l'éducation doit souligner que l'éducation reçue à l'école – à laquelle les parents confient leur enfant – est à la fois complémentaire et respectueuse de celle qui est reçue dans le cadre familial. Comme l'a rappelé ma collègue Ménard, l'article 26, alinéa 3, de la Déclaration universelle des droits de l'homme souligne que ce sont les parents qui sont les premiers éducateurs de leurs enfants. Afin d'éviter une opposition entre les deux sources d'éducation pour les enfants – le...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaDino Cinieri :

Monsieur le ministre, il me semble important d'inscrire dans la loi que les parents sont les premiers éducateurs de leurs enfants, car le respect de la liberté d'opinion est d'ordre constitutionnel.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaAnne-Christine Lang, rapporteure de la commission des affaires culturelles et de l'éducation :

Ces amendements soulèvent la question des relations entre la famille et l'école. Certains de collègues siégeant à la droite de l'hémicycle s'inquiètent d'une éventuelle menace que l'école ferait peser sur les parents et sur les valeurs que ceux-ci transmettent à leurs enfants.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaAnne-Christine Lang, rapporteure de la commission des affaires culturelles et de l'éducation :

De façon sous-jacente, ils s'inquiètent d'une prétendue volonté d'instaurer une rivalité entre la famille et l'école. Je veux les rassurer : personne ne songe un seul instant à remettre en cause ou à contester l'éducation transmise par les parents, ni les valeurs transmises aux enfants dans le cadre de l'éducation familiale.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaAnne-Christine Lang, rapporteure de la commission des affaires culturelles et de l'éducation :

Personne ne conteste non plus le fait que les parents sont les premiers éducateurs de leurs enfants, comme l'affirme la Déclaration universelle des droits de l'homme. Au contraire, sur bien des aspects, le projet de loi tend à renforcer la place des parents au sein de l'école et leur participation à la vie de celle-ci.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaAnne-Christine Lang, rapporteure de la commission des affaires culturelles et de l'éducation :

On sait que, si l'on veut favoriser la réussite des enfants, il faut que s'instaure une relation de confiance entre les parents et l'école, afin que l'enfant soit entouré d'adultes bienveillants qui veillent ensemble à sa réussite. Toutefois, l'école a aussi, ne vous en déplaise, ses propres missions, notamment celle de permettre aux enfants de découvrir le monde, de se confronter à l'altérité et de se forger sa propre opinion, ses propres convictions et ses propres valeurs. En effet, l'école est aussi intrinsèquement ém...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaXavier Breton :

Pour être théoriques, ces échanges n'en sont pas moins intéressants. À la question de savoir si les parents sont les premiers éducateurs de leurs enfants, vous venez de nous faire, monsieur le ministre, la même réponse, mot pour mot, que Vincent Peillon il y a quelques années dans cet hémicycle, lors de l'examen du projet de loi dit de « refondation de l'école », termes aussi prétentieux que ceux d'« école de la confiance ». Oui, répondait M. Peillon, les parents sont les premiers éducateurs, au moins ...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaNadia Essayan :

Les parents sont les premiers éducateurs de leurs enfants, oui, mais pas toujours, malheureusement. Inscrire dans la loi que l'école doit respecter les valeurs reçues des parents risque de soulever de sérieuses difficultés d'application. Ne serait-ce que pour des raisons pragmatiques, nous gagnerions donc à faire l'impasse sur ces amendements.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaXavier Breton :

...ipe au Parlement des enfants, dont le thème, cette année, est le bon usage du numérique. Les élèves de cette classe ont rencontré ceux des autres classes de la même école primaire, notamment en maternelle. Et les enfants de CM2 étaient effarés par l'utilisation que leurs camarades de maternelle font déjà du numérique : ils s'interrogeaient sur leur exposition aux écrans le soir ou sur le rôle des parents. Nos débats de tout à l'heure sur la conception de l'éducation, qui traduisaient pourtant des convictions, ont pu être jugés théoriques – je l'entends bien – mais, sur l'usage du numérique, il y a une véritable urgence. De ce point de vue, le thème retenu pour le Parlement des enfants est d'un grand intérêt, car il incitera des classes, dans l'ensemble de nos circonscriptions, à réfléchir à la m...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaAnnie Genevard :

...ddiction ; pour leurs familles, la difficulté à comprendre le phénomène et à le résoudre est immense. Dans ce contexte, les amendements en discussion peuvent être considérés comme des amendements d'appel – vous les dites satisfaits – destinés à nous faire réfléchir à l'âge plancher auquel il conviendrait d'introduire l'informatique. Je vois de très jeunes enfants qui, hors de l'école, avec leurs parents, manipulent des tablettes avec une incroyable dextérité : ils savent très bien faire et il n'est pas nécessaire de les exposer trop précocement dans le cadre scolaire aux écrans, dont les atouts sont infiniment moindres pour eux que les risques. Il s'agit bien d'un appel : le sujet mérite en lui-même que nous y réfléchissions.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaEmmanuelle Anthoine :

...seau social est un espace plutôt civilisé, les risques y sont démultipliés par la résonance propre à internet. De fait, 18 % des 8-17 ans y ont déjà été insultés et plus d'un tiers ont été choqués par certains contenus – spontanément, ils citent d'abord les contenus à caractère sexuel, puis les contenus violents, racistes et homophobes. Seuls 10 % de ceux qui ont été choqués en ont parlé à leurs parents ; ils le font plus facilement quand le sujet des réseaux sociaux est abordé en famille. Les élèves ne se rendent pas toujours compte des conséquences de leurs actes. La plupart du temps, ils ne maîtrisent pas vraiment le fonctionnement des réseaux qui sont mis à leur disposition. Voilà pourquoi l'enseignement du numérique doit absolument comprendre un volet consacré à la prévention des risques l...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaMaud Petit :

...des outils qui contribuent à favoriser une scolarité réussie pour les enfants rencontrant des difficultés dans le système scolaire, ainsi que pour leurs familles. L'absentéisme récurrent, l'échec scolaire et le décrochage scolaire sont des problèmes réels, que nous évoquons régulièrement au sein de cette assemblée. Par l'accompagnement des familles dans leurs démarches administratives, celui des parents dans l'exercice de leur rôle de parents d'élève et par l'appréhension des difficultés liées à la précarité du logement, la médiation éducative réduit la distance entre les familles et l'institution scolaire, ce qui est précisément le but du présent texte. La mesure s'inscrirait par ailleurs dans la lignée de l'article 2 de la proposition de loi relative à l'interdiction des violences éducatives ...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaFabienne Colboc :

La médiation éducative fait en effet partie des moyens permettant de lutter contre la déscolarisation et la rupture de scolarité. Aujourd'hui encore, beaucoup d'enfants ne vont pas à l'école parce qu'ils vivent dans une grande pauvreté qui ne permet pas la satisfaction de leurs besoins fondamentaux. Les parents confrontés à des conditions de vie aussi difficiles ne voient pas en l'école un lieu où peut se construire l'avenir de leurs enfants. Cette pauvreté entraîne un éloignement social et, par conséquent, les éloigne de l'école. La médiation existe déjà dans certains établissements. Elle fait partie de la mission des enseignants chargés de la scolarisation des enfants de familles itinérantes ou de vo...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaNadia Essayan :

Très peu de mouvements sociaux sont liés aux fermetures de classes, parce que la gestion de ces équilibres, dans les zones rurales, et même dans les villes moyennes, se fait avec une grande attention à l'égard des parents, des enfants et des communes.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaAnne-Christine Lang, rapporteure de la commission des affaires culturelles et de l'éducation :

... ». Le programme du socle commun prévoit par ailleurs que « L'élève apprend à utiliser avec discernement les outils numériques de communication et d'information ». Enfin, la plateforme d'apprentissage et de certification des compétences numériques PIX, en cours de mise en place, comporte des enseignements sur l'usage raisonné du numérique. Ce sujet est largement abordé aussi dans la mallette des parents. Avis défavorable, donc, sur cette série d'amendements.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaArnaud Viala :

Madame la rapporteure, alors que nous demandons l'inscription dans le code de l'éducation de la capacité à alerter les enfants des dangers des outils numériques, vous venez en quelque sorte de nous explique, en évoquant la mallette des parents, que c'est à ces derniers que cette tâche revient. Or, voilà quelques heures, alors que nous débattions de la répartition des rôles entre la famille et l'école en matière d'éducation de nos enfants, vous insistiez sur la part prépondérante qui, selon vous, revenait à l'école en la matière. Il serait aberrant, en 2019, d'adopter un texte sur l'éducation sans qu'y figure quoi que ce soit sur les d...