⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
depuis avril 2020, et les propositions de loi et rapports depuis janvier 2020 ne peuvent plus être intégrés.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.

Interventions sur "écologie"

26 interventions trouvées.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaBruno Millienne :

... vers une société décarbonée. Tout l'enjeu est de comprendre, et de faire comprendre à nos concitoyens, que la transition énergétique est liée à l'inégalité sociale, que la première peut être un remède à la seconde. L'objectif que nous devons nous fixer ensemble est simple : améliorer le quotidien de tous les Français tout en protégeant notre planète. Pour cela, nous devons urgemment passer d'une écologie punitive, incantatoire et symbolique à une écologie concrète, active, protectrice et accompagnée. Ménager les territoires, réduire les émissions de gaz à effet de serre en luttant contre les passoires thermiques, améliorer notre alimentation en aidant nos agriculteurs, soutenir notre industrie en développant des mobilités propres : voilà ce vers quoi nous devons nous tourner. S'engager dans une ...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaSophie Auconie :

Le 5 novembre dernier, alors que nous débattions dans le cadre du projet de loi de finances des crédits de la mission « Écologie, développement et mobilité durables », j'exprimais à cette même tribune un sentiment partagé par un grand nombre d'entre nous : « Entendons les cris et les grondements de nos territoires ! Nous faisons porter sur nos citoyens une transition qui confirme les fractures territoriales et les injustices sociales par une augmentation de la fiscalité verte au détriment des zones rurales et des couches l...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaMathilde Panot :

...considère même pas l'opinion de ceux qui nient le caractère anthropique du changement climatique ou de ceux qui le tiennent pour un sujet mineur : je m'en tiens à ceux qui entendent ou prétendent oeuvrer à l'élaboration de politiques écologistes. Ces dernières semaines, l'écume des mouvements individuels entre forces politiques a mis en avant cette différence fondamentale entre deux visions de l'écologie. Certains, et je suis sûre que la majorité parlementaire en fait partie, pensent que l'écologie est soluble dans le capitalisme.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaMathilde Panot :

L'obsession de l'argent et des biens de consommation nous a menés là où nous sommes. Nous ne sortirons certainement pas de ce problème immense en nous laissant guider par la même lumière sombre et destructrice. Le parti de la majorité, ainsi que ceux qui essaient de lui courir après à grand renfort d'écologie de marché et de libre entreprise, appartiennent à ce camp qui, foncièrement, reconduit les conditions du désastre qui vient pour le conjurer. La pensée et l'action, qui partent du principe de la compatibilité entre écologie et accumulation capitaliste, peuvent être résumées sans peine : vous défendez, monsieur le ministre, l'écologie de l'argent.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaMathilde Panot :

Quant à nous, nous savons qu'il faut rompre avec l'organisation sociale et économique actuelle. Nous sommes, monsieur le ministre, sur une autre rive que la vôtre. Nous luttons pour une tout autre écologie, l'écologie des gens, l'écologie populaire et massive, qui terrasse à la fois l'exploitation sociale et la destruction de nos milieux de vie. L'écologie que nous défendons ne part pas de l'idée que tous les êtres humains seraient d'accord pour garantir nos conditions d'existence future. Nous savons que certains préfèrent tout faire pour conserver leurs intérêts et leurs placements à court terme,...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaMathilde Panot :

Pour obtenir les congés payés, il a fallu des grèves massives, afin de rappeler aux patrons que la production n'était rien sans l'ouvrier. Je terminerai mon propos en vous donnant quelques pistes de l'écologie populaire. Pour obtenir la réduction des gaz à effet de serre, il faut juger ceux qui collaborent à la destruction présente de l'espèce. Pour préserver la biodiversité, il faut mettre à bas l'un des empires les plus nocifs de l'histoire du XXe siècle, et lutter pied à pied contre Bayer Monsanto. Pour que la bifurcation écologique soit entamée, il faut partager les richesses, et imposer ce partag...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaFrançois-Michel Lambert :

...rser la tendance et redonner espoir à nos enfants. Or, à ce jour, les réponses, pleines de bonnes intentions que nous entrevoyons ici et là, ne sont pas à la hauteur. Nous sommes, mes chers collègues, en retard. Nous sommes aussi en décalage par rapport à la jeunesse qui, consciente du péril, se mobilise et nous reproche, à juste titre, la faiblesse de notre action. Député engagé en faveur de l'écologie depuis vingt-cinq ans, je mesure ce retard et je regrette que toutes les alertes n'aient pas été entendues. Mais allons de l'avant ! C'est bien l'écologie qui est au coeur du débat actuel. Il n'est pas anodin qu'une pétition rassemble plus de deux millions de signatures ou que les marches pour le climat se multiplient. Il n'est pas anodin non plus que l'attention se porte enfin sur la préservati...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJean-Charles Colas-Roy :

Je remercie également le président Richard Ferrand d'avoir organisé ces débats ici, dans l'hémicycle, coeur battant de notre démocratie représentative. Le travail de synthèse que nous devons maintenant effectuer est complexe, car la transition écologique est un sujet qui passionne nos concitoyens autant qu'il divise. Les Français veulent que l'écologie soit une de nos priorités d'action, mais, quand il s'agit de trouver des solutions, les avis divergent. Le développement des énergies renouvelables est plébiscité, mais, quand il faut déployer ces installations, personne n'en veut à côté de chez soi.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJean-Charles Colas-Roy :

...emples, je veux rappeler que nous agissons au quotidien. Cependant, nous sommes aujourd'hui à un moment charnière : beaucoup de nos concitoyens, notamment parmi les plus jeunes, se mobilisent pour nous dire qu'il faut faire plus et plus vite, et ils ont raison. À l'issue de ce grand débat, nous, députés de La République en marche, souhaitons proposer de nouvelles mesures concrètes en faveur de l'écologie. Par exemple, nous devons avoir davantage d'ambition en matière de rénovation énergétique des bâtiments : …

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJean-Charles Colas-Roy :

Nous, députés de La République en marche, voulons que la transition écologique soit au coeur de notre action parlementaire. Nous souhaitons que la programmation pluriannuelle de l'énergie, qui fait actuellement l'objet d'un simple décret, devienne une grande loi de programmation pluriannuelle pour l'écologie, à l'instar de la loi de programmation militaire.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJean-Charles Colas-Roy :

...e développement durable et interrogeons-nous systématiquement sur le coût de l'inaction. Les coûts liés à la gestion des risques, à la dégradation de la santé environnementale ou à la pollution de l'air sont énormes ! C'est pourquoi nous devons agir, ici et maintenant, en mettant en cohérence l'ensemble de nos politiques publiques. Soyons fiers de notre action et rehaussons notre ambition, car l'écologie est avant tout, nous en sommes convaincus, une formidable opportunité pour construire ensemble une société plus juste et plus respectueuse de la nature.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJustine Benin :

...s la prévention des risques naturels. Chacun se plaît à évoquer le droit à la différenciation, mais cette idée ne doit pas rester un symbole, une pétition de principe. Enfin, des obligations de solidarité entre les générations, car nous ne pouvons transmettre à nos enfants un monde voué à sa perte. Notre nation doit aujourd'hui se retrouver autour de ces principes de solidarité, de justice et d'écologie. Antoine de Saint-Exupéry a dit : « Nous n'héritons pas de la terre de nos parents, nous l'empruntons à nos enfants. » Tâchons d'être à la hauteur de ce que nos enfants nous ont prêté et soyons non seulement à la hauteur, mais au rendez-vous de notre histoire.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaGuillaume Garot :

...imentaire. Nous sommes tous convaincus qu'il faut prendre des décisions fortes, volontaristes et rapides pour changer notre modèle de production. Tel était l'objectif des amendements que nous avions déposés et défendus, il y a un an, en abordant l'examen de la loi issue des états généraux de l'alimentation, dont nous avons achevé la lecture cet automne. Nous avions un principe à défendre – l'agroécologie – dans le droit fil de ce qui avait été fait autour de la COP21 et des accords de Paris. C'est ainsi que nous avions proposé d'interdire la production, le stockage et la vente en France de produits phytosanitaires non approuvés, non autorisés, autant dire interdits par l'Union européenne. Et nous suivions le principe simple selon lequel ce qui n'est pas bon pour le sol européen ne l'est pas davan...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaBertrand Pancher :

Il faut activer certains leviers afin d'instaurer un cercle vertueux et pérenne. Sans cela, nous ne nous en sortirons pas. Le premier levier est la transversalité. L'écologie doit être considérée comme la colonne vertébrale autour de laquelle s'articule toute politique publique. C'est le gage de prises de décision efficientes, parce que travaillées en commun, et d'une vision globale et de long terme. Où en sommes-nous dans la transversalité des politiques environnementales et comment aller plus loin ? Le deuxième levier repose sur la décentralisation et le principe d...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaCélia de Lavergne :

... et dans la loi de finances, avec un budget respectant systématiquement l'accord de Paris signé en 2015. Il faut réconcilier. Réconcilier économie et écologie ! Arrêtons de les opposer ! Elles sont complémentaires. En verdissant nos industries, nous procédons à la transition industrielle que nous appelons de nos voeux. La transition écologique fait éclore des filières d'avenir, créatrices d'emplois, de valeurs et de richesses.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaCélia de Lavergne :

Certaines filières, qui vivent de la pollution, n'y survivront pas, mais il n'y aura aucune fatalité pour leurs salariés. Il faut surtout réconcilier les territoires, en reconnaissant que nous avons besoin les uns des autres ! La transition énergétique, les éoliennes, les fermes photovoltaïques, les barrages, la transition agricole, les circuits courts, l'agroécologie et la baisse des produits phytosanitaires se déroulent dans les territoires. Cessons d'opposer les Français urbains et les Français ruraux, les Français des champs et les Français des villes. La réalité est bien plus complexe, et la transition écologique représente une formidable opportunité pour les territoires, notamment ruraux, que nous devons remettre au coeur de notre politique. Dernier poi...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaMartial Saddier :

Vous organisez un débat pour connaître les attentes des différents groupes parlementaires concernant le grand débat, et plus particulièrement les enjeux écologiques. En matière d'écologie, notre première attente, notre souhait, notre exigence, c'est que personne n'oublie les éléments déclencheurs du mouvement des gilets jaunes. À l'origine du mouvement, il y a une décision et une réalité. La décision, c'est la hausse brutale et insupportable des taxes sur les carburants, au nom de l'écologie, affaiblissant le pouvoir d'achat des Françaises et des Français. La réalité, c'est que m...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaMartial Saddier :

... exemples d'échec lorsque le reste à charge pour les particuliers était trop important, comme dans le cas de la rénovation thermique des bâtiments ou du changement des véhicules les plus polluants, ce qui fait que la courbe des émissions de CO2 est repartie à la hausse. Il faut que, sur certains sujets, l'État accepte une gestion plus décentralisée. Enfin, nous devons faire entendre la voix de l'écologie en Europe et non subir le diktat de l'Union européenne. Mes chers collègues, je vous rappelle que 7 milliards de mètres cubes d'eau douce sont stockés dans les grands barrages hydroélectriques construits dans l'après-guerre. Ils représentent la première source d'énergie propre dans notre pays, et elle est mobilisable en moins de dix minutes. Sans ces grands barrages, nous serions incapables de gé...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaMartial Saddier :

qui font partie du patrimoine commun de notre pays depuis la reconstruction d'après-guerre. L'écologie doit devenir une vraie priorité, car les bouleversements sont une réalité au quotidien, tous les territoires métropolitains et d'outre-mer en sont frappés. Arrêtons de détourner la fiscalité écologique et portons fortement la voix de l'écologie en France et dans l'Union européenne.