⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
depuis avril 2020, et les propositions de loi et rapports depuis janvier 2020 ne peuvent plus être intégrés.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.

Interventions sur "différenciation"

13 interventions trouvées.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaLudovic Mendes :

L'article 1er donne tout son sens à ce projet de loi : on y parle du transfrontalier, du bilinguisme, du transport, de la compétence des activités et un peu du tourisme ; on voit que l'Alsace a besoin de cette différenciation pour pouvoir travailler au quotidien, et c'est particulièrement vrai pour les élus des collectivités territoriales. Cela invite d'ailleurs certains de mes collègues lorrains à être vigilants quant à la possibilité que cela induit de détruire la région Grand Est et de mettre en difficulté nos différents territoires, sachant, comme l'a rappelé Mme Grandjean, que la majorité des travailleurs transfr...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaStéphane Viry :

... d'intention pour la métropole du Sillon lorrain, dont vous avez rencontré les représentants dans votre ministère alors que ce projet de loi était en maturation. Comme l'ont très bien dit mes collègues lorrains, en particulier Carole Grandjean, la Lorraine possède trois frontières internationales et connaît des situations problématiques avec le Luxembourg en ce qui concerne la main-d'oeuvre ou la différenciation fiscale. Il conviendra donc de défendre le sillon lorrain, notamment sur la question de la mobilité routière. Il faut prendre en considération que la France est traversée du Nord au Sud par ce sillon qui longe la Moselle et défendre tout autant la Lorraine que les autres territoires. Vous l'avez dit tout à l'heure, mais je tenais à vous rappeler que nous serons très vigilants sur ce point.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaOlivier Becht :

...ntaliers, notamment parce que nous avons perdu la connaissance de la langue. Ainsi, en Suisse, certains de ces emplois ont été pourvus par des Allemands parce que les Alsaciens ne pouvaient plus y prétendre, faute de parler assez bien allemand. Ce sont donc des spécificités très particulières et je me réjouis que, pour traiter les spécificités des autres régions, le Gouvernement se dirige vers la différenciation, qui permettra de traiter au plus près les questions de proximité.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaCaroline Fiat :

Nous proposons la suppression de l'article 1er, pour la simple raison que notre groupe est opposé à l'application de la différenciation territoriale. Nous sommes d'autant plus étonnés par le présent texte que la différenciation territoriale, prévue dans la réforme constitutionnelle, n'a pas encore été discutée au sein du Parlement. Il nous semble difficile de mettre la charrue avant les boeufs ; la réforme aurait dû être faite avant. D'où cet amendement de suppression. Il y a une question de principe : si chaque région a ses spé...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaFabien Di Filippo :

...ison que l'on alourdisse toujours la taxe carbone pour nos automobilistes, qui n'ont pas de solution alternative à la voiture pour se rendre à leur travail, et que l'on soit incapable de faire payer les poids lourds étrangers pour entretenir nos chaussées et pour compenser les dégâts qu'ils causent à l'environnement, sur notre sol. Madame la ministre, vous vous êtes fait le chantre du droit à la différenciation pour les territoires. Or ce texte est le moment de vérité : nous nous interrogeons sur la profondeur des compétences que vous êtes prête à attribuer à nos amis alsaciens mais aussi sur l'étendue de l'ouverture à la différenciation dont vous êtes prête à faire preuve pour l'ensemble de nos territoires, dans un esprit d'équité territoriale. Nous, les Mosellans, qui partageons le concordat et une s...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaRémy Rebeyrotte, rapporteur de la commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la République :

...ouvernement sera à leur écoute. Les réponses ne seront pas forcément les mêmes, puisqu'elles seront fonction des questions qui se poseront. En tout cas, le Gouvernement envisagera ce qu'il est possible de faire en fonction des initiatives prises par les élus de terrain. Il est un peu contradictoire de demander au Gouvernement de prendre, dans le cadre d'une décentralisation des pouvoirs ou d'une différenciation, des mesures à destination des élus locaux. C'est aux élus des territoires de prendre l'initiative de présenter un projet, une ambition, des problématiques particulières, afin de les faire reconnaître. Ce sera un élément clef de la troisième étape de décentralisation. C'est une manière de vivre les territoires et de les faire respirer différemment. Avis défavorable mais appel aux initiatives. Le...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaDominique Potier :

...alières. Nos amendements ne sont que la traduction de cet étonnement. Puisque ni le Premier ministre ni le président de la région n'ont évoqué ces prérogatives, il revient au Parlement de les introduire dans le débat. Arguer que ce texte est relatif à la Collectivité européenne d'Alsace ne suffira pas à clore la discussion, puisque nous sommes en train de faire la préfiguration de ce que sera la différenciation, Mme la ministre l'a indiqué. Je vous fais part de ma conviction profonde : si la différenciation revient à créer des inégalités entre les territoires, à renoncer à ce que la République contribue à l'égalité entre les citoyens et au bien commun sous prétexte d'agilité des territoires, alors nous n'en serons pas et nous la combattrons. En revanche, si, chaque fois qu'une agilité est donnée à une r...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaFabien Di Filippo :

...e de la présentation de ces amendements ! Je n'ai pas entendu formuler d'objection de fond à mon second amendement, no 105, disposant que si, dans les six mois suivant la promulgation de la loi, les élus mosellans se prononcent en faveur de ces nouvelles compétences, eux aussi pourront y prétendre. Cela me semble tout à fait sage et relever du principe que vous-même avez défendu s'agissant de la différenciation, sans remettre en cause ce qui est accordé aux uns ou aux autres. Sinon, que faudra-t-il faire pour que nous autres Mosellans et Meurthe-et-Mosellans puissions y prétendre ? Un bras de fer ? Faudra-t-il aller au clash ? Vous voyez bien que tous les élus de Lorraine ici présents sont d'accord pour une évolution similaire !

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaFabien Di Filippo :

Enfin, vous prétendez, avec ce texte, traiter la question de l'Alsace, du désir d'Alsace, et pas seulement de la différenciation. J'espère quant à moi, du fond du coeur, que mes collègues alsaciens, très attachés à leur région, ne se satisferont pas d'une Alsace « Canada Dry » qui, à l'issue de la fusion des deux départements, serait simplement un guichet social amélioré à qui l'on aurait confié, en plus, la gestion d'un grand axe routier. J'ose espérer qu'ils ont une autre ambition pour leur région et leurs compatriotes.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaHervé Saulignac :

...nt plusieurs années, je peux vous dire que nous avons travaillé dans le cadre d'une assemblée bidépartementale avec la Drôme. Dès lors, nous vous présenterons très prochainement un projet de création d'une nouvelle collectivité à partir de spécificités propres, notamment, à la vallée du Rhône. Vous verrez que nous n'aurons aucune difficulté à les mette en exergue. Je suis extrêmement étonné : la différenciation, que j'appelle de mes voeux, peut s'appliquer, mais je crois que vous êtes en train de porter un grave coup de canif à l'égalité républicaine. Or celle-ci doit demeurer. Le fait de dire à la Moselle « circulez, il n'y a rien à voir, parce que vous n'avez pas pris l'initiative » rejaillira sur vous, tôt ou tard.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaPatrick Hetzel :

...es "ne s'oppose ni à ce que le législateur règle de façon différente des situations différentes, ni à ce qu'il déroge à l'égalité pour des raisons d'intérêt général pourvu que, dans l'un et l'autre cas, la différence de traitement qui en résulte soit en rapport avec l'objet de la loi qui l'établit (…). " » Peut-être le débat sur la réforme constitutionnelle sera-t-il l'occasion de discuter de la différenciation, mais celle-ci est déjà possible à droit constant, dès lors que l'intérêt général est respecté ou qu'il existe des spécificités. Sur la question alsacienne, nous ne sommes donc pas en train de demander quelque chose d'impossible !

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaRémy Rebeyrotte, rapporteur de la commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la République :

… ni une région, que la réforme constitutionnelle visant à étendre la portée du principe de différenciation n'a pas encore été adoptée, mais que, malgré tout, la nouvelle collectivité disposera de réels moyens d'action dans le champ de ses compétences spécifiques. J'émets donc un avis défavorable.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaLudovic Mendes :

...és. D'abord, ce département est également confronté à une problématique avec le Luxembourg et sa seule partie limitrophe de l'Allemagne touche la Sarre. De plus, il dispose déjà, par rapport à l'Alsace, de ce que l'on appelle la « Grande Région », accord juridique, économique et de coopération renforcée avec la Belgique, le Luxembourg et la Sarre et la Rhénanie-Palatinat. Il existe donc déjà des différenciations sur le territoire mosellan, qu'il faut renforcer. J'ai d'ailleurs lancé tout à l'heure un appel au président Patrick Weiten et je compte sur M. Di Filippo pour m'accompagner demain afin de négocier avec lui la future différenciation du territoire mosellan.