⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
depuis avril 2020, et les propositions de loi et rapports depuis janvier 2020 ne peuvent plus être intégrés.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.


Les amendements de Elsa Faucillon pour ce dossier

64 interventions trouvées.

 « La tâche des instituteurs, ces obscurs soldats de la civilisation, est de donner au peuple les moyens intellectuels de se révolter. » Cette phrase de Louise Michel souligne, avec des mots certes un peu datés, un des rôles essentiels des enseignants. Elle résonne particulièrement face à l'article 1er de votre projet de loi, et à une certaine i...

Tout se passe comme si les cours d'histoire, de géographie et d'éducation civique n'avaient jamais existé avant ce projet de loi. C'est un peu comme la chorale ou la dictée : les enseignants ou les associations qui interviennent dans les classes n'y avaient jamais pensé ! Ce mépris est complété par la reprise en main de l'institution scolaire p...

Nous avons là, en tout cas, une phrase marketing de haut vol, qui relève davantage de la description d'un commerce que d'une école de la République. Nous savons déjà que ces écoles seront réservées à l'élite : …

… enfants de diplomates ou d'employés d'organismes internationaux, de cadres supérieurs de la Défense ou de Brexiteurs, situés à Courbevoie ou à Lille. Nul doute sur cette affaire.

Le concept du ruissellement transcrit aux plans culturel et éducatif ressemble plus à la distinction de Bourdieu qu'à autre chose ! Vous nous direz que, pour créer du commun, il y a maintenant le service national universel : je ne suis pas certaine qu'il soit bel et bien un jour obligatoire, ce que je ne souhaite pas d'ailleurs, car il relèver...

Par ailleurs, face à une demande de revalorisation salariale et d'élévation du niveau de qualification, vous proposez la création d'une masse d'étudiants précaires, sans diplôme ni formation pédagogique, auxquels les chefs d'établissement pourront demander d'assurer des enseignements pour pallier le manque d'enseignants. Vous tentez ainsi de gé...

Je dois vous confier que les débats relatifs au projet de loi pour une école de la confiance m'ont laissé un goût amer. Cela s'explique tout d'abord, monsieur le ministre, par votre bienveillance à l'égard de propositions qui n'arrangeront rien et qui, peut-être même, aggraveront les maux dont souffre l'école. Vous avez tenté de faire dévier le...

Nous avons passé, par exemple, énormément de temps sur le formulaire « parent 1 et parent 2 », qui existe déjà dans de nombreuses collectivités et ne pose de problème à personne, je suis témoin de cette expérimentation. En revanche, trop peu de temps a été consacré à la réflexion sur un véritable statut pour les AESH.

Mais je reviens au texte lui-même, qui comprend bien trop de mesures déstructurant le cadre national de l'éducation. J'affirme que ce cadre national, s'il ne suffit pas à régler le problème d'égalité, constitue une condition pour la réussite de chacun et chacune, et pour une école qui considère chacun et chacun comme capable.

Merci, monsieur le président. Cette déstructuration va de pair avec une reprise en main ferme, autoritaire, de l'éducation par le ministère et par le ministre lui-même. On le constate au travers de l'article 1er, que vous vous étiez engagés à modifier mais qui ne l'a pas été. C'est évidemment perçu comme une défiance envers la profession, comm...

Il conduit à l'accélération d'un enseignement à deux vitesses. Nous le constatons notamment au travers de la création des EPLEI – établissements publics locaux d'enseignement international – , qui dérogeront au socle commun éducatif, bénéficieront de fonds privés et seront gratuits pour les enfants les plus aisés et les enfants d'expatriés, alo...

L'ensemble de ces mesures renforcent la mise en place d'un parcours d'initiés pour un nombre restreint d'enfants triés sur le volet. Vous actez fièrement la création des ZEP, les zones d'éducation privilégiées. Il n'y a rien, en revanche, sur la demande de revalorisation salariale des professeurs, qui ont perdu près de la moitié de leur pouvoir...

Le salaire de ces agents recrutés à bac plus cinq, n'est à la hauteur ni de leurs études, ni de leurs missions, ni de leurs responsabilités, ni de la moyenne des salaires des autres fonctionnaires de catégorie A, ni même encore des salaires des autres enseignants européens.

À une demande de revalorisation salariale et d'une élévation du niveau de qualification, vous opposez la création d'une masse d'étudiants précaires, sans diplôme ni formation pédagogique. Vous gérez la pénurie. Ce projet de loi, comme la suppression de 2 600 postes d'enseignants dans les lycées et collèges, répond davantage aux injonctions du ...

Hier, j'expliquais pourquoi nous souhaitions que cet article soit supprimé, du fait des inégalités et de la sélection qu'il renforce ou qu'il instaure. En commission, alors que nous donnions un cadre législatif aux EPLEI, nous avons tenté également de donner un cadre à cette mixité que vous vantez, mais vous avez refusé tous les amendements en ...

Nous sommes évidemment favorables à cet article, qui étend à l'ensemble des corps de l'éducation nationale les dérogations au statut général de la fonction publique jusqu'à présent applicables au personnel enseignant. Pour conforter cette avancée, nous proposons d'inscrire cette mesure dans la loi régissant la fonction publique d'État, et non s...

Puisque le précédent a suscité l'hésitation, peut-être celui-ci suscitera-t-il une complète adhésion ? Il se situe entre deux eaux : il ne s'agit plus d'insérer l'extension de la dérogation statutaire dans le code de la fonction publique, mais d'ajouter, dans le code de l'éducation, que cette dérogation au statut général de la fonction publique...

Ces amendements identiques touchent à un sujet important. Si j'ai bien lu le projet de loi relatif à l'organisation et à la transformation du système de santé, nous allons demander beaucoup de choses à la médecine scolaire dans les mois à venir. En même temps, cette médecine est confrontée, notamment, à un manque de moyens extrêmement important...

Si je comprends bien l'amendement, l'autorisation de signer un contrat disparaîtrait de l'ordre du jour du conseil d'administration au profit de la commission permanente. Or si l'achat d'une photocopieuse dans un collège peut sembler une question purement administrative, ce n'est pas le cas, par exemple, de l'investissement en matériel dans un ...

Un consensus semble se dégager sur l'utilisation des logiciels libres dans l'administration ou dans l'éducation, mais il se traduit trop peu en actes et en plans de déploiement ambitieux. J'ajoute aux arguments de M. Lachaud que le recours aux logiciels libres et aux formats ouverts présente des avantages importants que n'a pas l'exécution ave...