⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
depuis avril 2020, et les propositions de loi et rapports depuis janvier 2020 ne peuvent plus être intégrés.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.


Les amendements de Émilie Chalas pour ce dossier

24 interventions trouvées.

C'est avec beaucoup de respect et d'humilité que j'ai pris cette responsabilité, et c'est avec un grand soin et une grande rigueur que je respecte l'engagement que j'ai pris, devant nos concitoyens, de les représenter dans leur ensemble au sein de cette institution si précieuse. Je suis venue travailler, depuis un an, quasiment tous les jours....

Le projet que j'ai défendu est celui que les Français ont choisi. C'est pourquoi je suis ici, depuis des heures, pour travailler à la réforme constitutionnelle, comme le Président de la République en avait pris l'engagement durant la campagne présidentielle, …

… et comme je l'avais fait également durant la campagne des élections législatives. C'est cet engagement que nous mettons actuellement en oeuvre, parce que nous tenons ceux que nous avons pris durant ces deux campagnes électorales. Alors l'actualité surgit, une actualité incontestablement si grave, ce que personne ne nie sur ces bancs, …

Nous avons fait en sorte que la commission des lois de l'Assemblée nationale soit dotée des pouvoirs d'une commission d'enquête.

Il est donc incompréhensible que les travaux pour lesquels nous sommes tous mobilisés au nom des Français ne reprennent pas.

Nous avons actuellement deux missions : la première doit être conduite par la commission d'enquête, la seconde est de continuer, au sein de l'hémicycle, l'examen du texte que nous avons commencé. Aujourd'hui, je le répète, vous ne faites pas votre travail.

Nous, nous sommes là, au travail, car on ne légifère pas sur l'actualité. Une telle attitude est ahurissante.

Après avoir donné à la commission des lois les pouvoirs d'une commission d'enquête, après avoir collectivement organisé, dans ce contexte, l'audition de Gérard Collomb lundi… ,

Rassurez-vous, c'est la bonne fiche ! Nous avons tendance à croire, dans ces premières minutes de reprise des débats, que, plutôt que de travailler, vous préférez continuer l'obstruction. Vous me direz ce qu'il en est !

Maintenant que les choses sont calées et organisées, je vous propose – notre groupe vous propose – de nous remettre au travail !

Nous sommes au rendez-vous pour travailler et mener à bien les réformes que les Français attendent. Mettons-nous au travail !

Chers collègues, les deux dernières journées que nous avons vécues nous ont montré la nécessité de faire preuve de sérieux.

La mission que nous incarnons exige de la hauteur et du sang-froid. Les faits sont tant incontestables que regrettables : trois enquêtes – interne, judiciaire et parlementaire – ont donc été diligentées.

Le dispositif républicain est, compte tenu des circonstances, très fermement installé. On ne peut pas être plus exigeant que nous le sommes aujourd'hui.

Les présidents des groupes parlementaires ont décidé de doter la commission des lois des prérogatives d'une commission d'enquête parlementaire.

La procédure en vigueur au sein des institutions républicaines, notamment au sein de notre assemblée, exige de la méthode et de la rigueur. Mme la présidente de la commission des lois, conjointement avec notre collègue Guillaume Larrivé, rapportera les travaux de cette commission d'enquête. Elle a annoncé une réunion du bureau de la commission ...

Il lui reviendra de fixer l'ordre du jour de ses travaux, ainsi que la méthode et les moyens qui doivent être consacrés à l'enquête. Il ne revient à l'Assemblée nationale tout entière de le faire dans cet hémicycle.

Nous pouvons toujours pendant des heures tergiverser et commenter la revue de presse, mais il n'y a à ce moment de la journée aucune raison de ne pas reprendre nos travaux conformément à l'ordre du jour fixé par la conférence des présidents.

Il s'agit là de manoeuvres pour ne pas avancer en matière de réforme constitutionnelle et de réduction du nombre de parlementaires, ce dont vous ne voulez pas.

Je fais ce rappel au règlement au sujet de la qualité et de la sérénité de nos débats en séance. Je voudrais exprimer un regret. Nos collègues au Sénat veulent, comme nous, éclaircir cette situation qui nous préoccupe beaucoup, et qui nourrit l'actualité. Leur commission des lois s'est elle aussi dotée des pouvoirs d'une commission d'enquête pa...