⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020 ni ceux d'hémicycle depuis avril 2021. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation. Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.


Les amendements de Éric Woerth pour ce dossier

13 interventions trouvées.

À la crise sanitaire succèdent dès à présent la crise économique et la crise sociale qui l'accompagne. Nous l'avions prévu, et c'est bien ce qui arrive maintenant. Hier, la Banque de France a estimé que près d'un million d'emplois seraient détruits en 2020 et 2021, tandis que le Gouvernement table sur la perte de 800 000 emplois. Notre taux de ...

La seule bonne façon de dépenser l'argent public, c'est d'assurer, sur le long terme et avec le maximum d'efficacité, notre prospérité collective en favorisant la création de richesses. De ce point de vue, j'ai des souvenirs assez précis de la crise de 2008 et des mesures qu'avait prises le gouvernement de l'époque. Certains qui avaient critiqu...

Permettez-moi tout d'abord de remercier les orateurs qui se sont exprimés et de rappeler que les propositions du groupe Les Républicains ne se limitent pas à celle-ci. Au contraire, nous avons en tête un vaste panorama de mesures pour accélérer la croissance et la reprise de l'activité. Ainsi, la proposition de loi qui suit, présentée par Guill...

… mais c'est un vieux débat entre la gauche et la droite. Le coût du travail doit être baissé. Par ailleurs, alors que la vague arrivera à court terme, pourquoi vous fixez-vous des objectifs à moyen terme ? Alors qu'elle s'apprête à déferler, vous construisez une barque ! La question est de savoir comment empêcher cette vague de déferler. Cel...

Le dialogue social a une autre utilité : trouver les conditions de l'apaisement entre les uns et les autres. En l'espèce, on n'a pas le temps. Les plans sociaux n'arriveront pas dans six ou huit mois, mais demain.

Vous rendez-vous compte de ce que représente un million de chômeurs en plus ? C'est colossal. On ne peut pas rester sans agir. L'immobilisme n'est pas une option.

Nous vous proposons d'abandonner la logique à moyen terme et d'oser relancer l'économie comme vous avez osé la bloquer. Osez faire autrement en soutenant notre proposition de loi.

Madame la ministre, je n'ai jamais demandé que 100 % des employés au chômage partiel reprennent leur poste. Je pense simplement qu'il faut accélérer le rythme de reprise des salariés. Le texte propose une clé fondamentale qui évitera de laisser les gens dans l'incertitude et qui accélérera le processus, car, en baissant le coût du travail, nous...

Il faut aller plus vite et plus loin. Je ne mésestime pas le dialogue social. J'ai moi-même été ministre du travail et de la fonction publique. Il est bien sûr préférable de se mettre d'accord, par exemple sur l'apprentissage. Mais l'urgence absolue est de réduire le niveau d'intensité et de nuisance sociale des plans sociaux qui s'annoncent. J...

11 % de chômeurs, c'est un chômage général, un chômage de masse. Lancez des plans sectorisés, cela ne me pose pas de problème. Mais vous avez tort de les opposer au reste. Il faut prendre en compte la première couche, qui relève de l'urgence. Il y a eu une urgence sanitaire, il y a maintenant une urgence économique : il faut éviter les plans so...

Tout d'abord, monsieur le député, je vous remercie d'avoir amendé le texte. C'est un exercice sain qui valorise les propositions de loi et permet de mieux débattre. Je ne suis pas favorable à ces amendements, car ils excluent beaucoup de monde. La logique est une logique de masse, mais pas un coup de massue. C'est drôle, d'ailleurs : chaque foi...

Il vise à préciser que le périmètre des exonérations proposées est fondé sur le plafond de 1,6 SMIC, courant en matière d'allégements. Madame la ministre, vous avez indiqué que notre dispositif n'intégrerait pas les personnes au SMIC, dont les charges sont d'ores et déjà quasi-inexistantes : certes, mais il existe bel et bien des charges pour ...

Je crois que, dans le cadre du troisième PLFR, le Gouvernement présentera un dispositif de crédit sur les cotisations sociales salariales. Mon objectif, comme celui du groupe Les Républicains, est bien d'inciter à la reprise des salariés, pas de créer de la trésorerie dans les entreprises. Madame la ministre, je suis, comme vous, attentif au d...