⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
depuis avril 2020, et les propositions de loi et rapports depuis janvier 2020 ne peuvent plus être intégrés.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.


Les amendements de Fadila Khattabi pour ce dossier

14 interventions trouvées.

Mes chers collègues, les amendements de suppression de cet article sont lunaires. Moi aussi, j'ai participé à une réunion en Côte-d'Or. La salle était bondée d'agriculteurs – au moins 250.

Ils saluent le minimum contributif prévu dans ce texte et les avancées en matière de solidarité, à tel point qu'ils souhaitent que le minimum contributif ne vaille pas seulement pour le « flux », mais aussi pour le « stock ». Le Président de la République a répondu. Vous qui siégez sur les bancs de droite et de gauche, vous avez été au pouvoir...

Vous demandez que ce projet de loi règle à la fois les problèmes de l'avenir et ceux que vous n'avez pas su régler !

Mes chers collègues, après de nombreux échanges, nous arrivons enfin à l'article 2. J'espère que vous ne m'en voudrez pas de rappeler les grands principes de cette réforme attendue par les Français : …

… n'ayez crainte, je ne saurais égaler le grand sens de la redondance et de la paraphrase dont font preuve certains d'entre vous depuis le début de la discussion de ce texte ! Nous voulons un système qui englobe tous les Français, quels que soient leur catégorie professionnelle et leur statut – salarié du privé, fonctionnaire, travailleur indé...

Nous voulons instaurer un système universel plus sain et plus juste, dont la solidarité soit le coeur et le fer de lance. De plus, le système par points assurera à chacun une meilleure lisibilité de sa future pension, même s'il a été tour à tour fonctionnaire, salarié du privé et indépendant. En effet, nous ne devons pas occulter que cette mob...

Le courage, c'est d'aller vers le réel, mais c'est aussi comprendre la situation d'aujourd'hui… c'est-à-dire le réel.

Mes chers collègues, franchement, dans quelle langue faut-il vous le dire ? Vous avez l'art de la redondance, alors nous devons nous aussi pratiquer l'art de la répétition. Vous ne voulez pas comprendre, vous ne voulez pas entendre, non, parce que votre seul et unique objectif est de plomber les débats.

Oui, la solidarité est au coeur de ce système. Oui, pour réduire les inégalités qui affectent le système actuel, nous voulons mettre en place le minimum contributif. D'ailleurs, c'est une si belle mesure que certains d'entre vous demandent de la voir appliquée à tout le stock. Avançons donc dans le texte pour l'adopter !

Contrairement à ce que vous dites, il s'agit bien d'un système par répartition. Pourquoi ? Parce que ce sont les cotisations des actifs qui assureront les pensions des retraités. Alors pourquoi dire le contraire, sinon pour faire peur aux Français par vos discours anxiogènes ? Sachez que les Français ne sont pas dupes de votre perfidie !

S'agissant des indépendants, nous souhaitons qu'ils intègrent le système universel. Pour ce faire, les membres des professions indépendantes cotiseront tous à un taux identique. C'est cela, l'équité ! C'est cela, la justice sociale !

Toutefois, nous prévoyons – car nous ne sommes pas favorables à une application brutale de la réforme, contrairement à ce que l'on entend dire – …

… une période de transition de vingt ans, afin de prendre en compte les spécificités des diverses catégories professionnelles.

Ainsi, l'Union des entreprises de proximité a validé le projet de loi à l'issue d'une concertation de ses membres. Elle salue notamment l'institution du minimum contributif, tout comme les agriculteurs. Je me suis récemment entretenue avec une esthéticienne qui travaille à son compte depuis douze ans et se verse une rémunération de 900 euros p...