⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commission
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.
Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Motions de censure


Les interventions de Franck Riester


Les amendements de Franck Riester pour ce dossier

27 interventions trouvées.

Monsieur le président, monsieur le Premier ministre, mesdames et messieurs les membres du Gouvernement, chers collègues, vous nous invitiez tout à l'heure, monsieur le président Chassaigne, à avoir une pensée pour Jean Jaurès. Permettez-moi d'en avoir une pour le général de Gaulle, qui disait : « Il faut prendre les choses comme elles sont, car...

Il en va ainsi en théorie, bien entendu. La pratique, en l'espèce, a malheureusement été tout autre. Mes chers collègues, quel spectacle lamentable nous avons donné au cours des derniers jours !

Alors que nous aurions pu démontrer l'utilité de l'Assemblée nationale s'agissant de sa mission de contrôle, et ainsi revaloriser l'image des députés, il s'est produit tout le contraire.

D'abord, nous avons vécu l'organisation désastreuse et le contenu déplorable des débats en séance publique après que l'affaire a éclaté, avec le blocage des débats pendant plusieurs jours, même après que la réunion d'une commission d'enquête a été décidée. Ensuite vint le temps stupéfiant de ladite commission d'enquête. Stupéfiant, le fait que ...

certains plus présents et intarissables que jamais – alors même qu'ils sont bien moins prompts à se rendre aux convocations de la justice les concernant –, …

… d'autres prêts à tous les excès pour obtenir un peu de notoriété ! Tout cela pourrait prêter à sourire si l'image de la représentation nationale, et plus largement celle de la politique, n'étaient en jeu. Stupéfiant aussi, le verrouillage de la commission par sa présidente, avec le soutien du groupe majoritaire ! Madame la présidente de la c...

Toutefois, madame la présidente, pourquoi ne pas avoir accepté de changer de lieu de réunion, dès lors que l'affluence, dans la salle de réunion habituelle de la commission des lois, ne permettait pas de travailler dans de bonnes conditions ?

Convenez, madame la présidente, qu'un délai de quatre jours semble bien court pour ce faire ! D'autre part, cela nous aurait permis d'entendre des personnes dont le témoignage aurait été utile à la compréhension des faits, tels que des représentants des syndicats de policiers, des collaborateurs de l'Elysée et bien sûr Alexandre Benalla lui-mêm...

Enfin, non pas stupéfiant, mais prévisible et affligeant, le départ fracassant de la commission d'enquête de certains de ses membres, lequel a donné à toute la séquence les tristes couleurs d'une pantalonnade ! En tuant de facto la commission d'enquête, ceux-ci ont privé les membres de notre groupe des auditions qu'il restait à mener. En fin d...

Les procédures judiciaires et sénatoriales n'ont pas atteint leur terme. Vouloir tirer des conclusions politiques sans attendre démontre – pardon de le dire – la dimension politicienne des motions de censure !

À croire que la recherche de la vérité intéresse moins certains d'entre nous que la récupération politique !

Et quelle mascarade ! Les groupes de gauche ont fini par déposer eux aussi une motion de censure, de peur de prendre du retard sur le groupe Les Républicains dans la course à l'opposition la plus radicale et à la démagogie la plus dangereuse ! On ne sait d'ailleurs plus qui va voter pour qui, avec qui, pourquoi et surtout pour faire quoi ensuit...

J'ajoute que j'éprouve de l'inquiétude en constatant que des membres de partis de gouvernement se rallient aux positions de partis extrêmes, ce qui n'est jamais de bon augure.

Par ailleurs, il ne faudrait surtout pas – j'en suis convaincu – que l'affaire Benalla serve de prétexte pour paralyser le système et bloquer les réformes dont le pays a tant besoin.

Mes chers collègues, gardons la tête froide et n'oublions jamais, par-delà les questions soulevées par cette affaire, que plusieurs millions de nos compatriotes sont quotidiennement confrontés à de grandes difficultés et que notre pays doit relever des défis majeurs, notamment les défis sécuritaire, économique, migratoire et climatique.

Laissons donc les autorités chargées des enquêtes faire leur travail et restons mobilisés au service des Français ! Au lieu d'être utilisé pour débattre des motions de censure, cet après-midi aurait été bien plus utilement consacré à l'examen de textes concernant vraiment les Français.

Fort de ce constat, le groupe UDI, Agir et indépendants, dans sa très grande majorité, ne votera pas les motions de censure et ne participera pas aux explications de vote prévues tout à l'heure.

Monsieur le Premier ministre, depuis un peu plus d'un an, avec votre gouvernement et à la demande du Président de la République, vous avez entrepris la transformation de notre pays. De nombreux chantiers ont été lancés. Certaines réformes ont d'ores et déjà abouti, telles que la mise en oeuvre d'une politique économique ciblée sur le financeme...

Toutefois, permettez-moi de vous suggérer de faire davantage confiance à celles et ceux qui pourraient améliorer ou amplifier la transformation.

Je pense d'abord au Parlement et aux députés que nous sommes. La plupart d'entre nous, majorité et oppositions confondues, forts de leurs expériences multiples et de leurs convictions, veulent sincèrement améliorer les textes qui nous sont soumis, à rebours des caricatures et des postures de quelques-uns, et ce avec votre gouvernement, monsieur...