⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commission
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.
Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.


Les amendements de François André pour ce dossier

7 interventions trouvées.

Monsieur le ministre, vous le savez, j'ai une grande estime aussi bien pour votre personne et votre fonction que pour votre action.

Mais, en l'espèce, je regrette que vous cherchiez à revenir sur le texte issu de la commission. Ce projet de loi se veut un signal, une impulsion en faveur de tout ce qui concourt à rendre l'alimentation plus saine – idée au coeur de nos discussions depuis plusieurs jours. La nutrition animale peut y contribuer, en permettant de faire diminuer ...

Nous devrions faire en sorte que ce débat garde la dignité qu'il mérite. Depuis quelques minutes, nous versons un peu dans les caricatures. On laisse entendre que certains d'entre nous seraient sous l'influence manifeste des mails qu'ils reçoivent, …

… tandis que les autres labels, qui figurent déjà dans le code rural, seraient eux parfaitement vertueux ! Certains parlent de « l'initiative privée » avec une nuance de dégoût dans la voix, mais le label rouge et d'autres appellations reconnues par le code rural découlent aussi d'initiatives privées !

Les initiatives privées ne sont pas mauvaises en soi : elles peuvent même être tout à fait vertueuses. Notre charge collective est de définir l'intérêt général, et c'est ce qui motive les députés qui se sont exprimés en faveur de Bleu-Blanc-Coeur.

Je précise, pour répondre à Antoine Herth, qu'il ne s'agit pas de faire figurer Bleu-Blanc-Coeur dans la loi, mais d'ajouter au code rural la notion de haute valeur nutritionnelle ! Le label Bleu-Blanc-Coeur cherche à s'inscrire dans cette démarche, mais il n'est pas le seul : beaucoup d'autres agriculteurs ou groupements d'agriculteurs le font...

Il faut faire droit au simple bon sens dans nos débats : spontanément, chacun comprend qu'il est plus sain de nourrir nos vaches et nos cochons d'herbe, de féveroles, de trèfle ou de lin, plutôt que de soja OGM importé !