⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commission
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.
Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.


Les amendements de Gilbert Collard pour ce dossier

9 interventions trouvées.

Monsieur le président, monsieur le secrétaire d'État, madame la présidente de la commission, madame la rapporteure, mes chers collègues, après ce que nous venons d'entendre, on ne saurait contester l'objectif fondamentalement pragmatique du texte : M. Girardin vient d'en faire la démonstration de façon un peu métallique, mais indubitable. En pr...

… et ce faisant insulter un État de façon désobligeante ? Franchement, je ne comprends pas, même si je ne veux pas polémiquer. Je comprends que l'on puisse avoir le souci du peuple palestinien, mais votre haine d'Israël, chers collègues à gauche de l'hémicycle, n'apportera pas la paix.

Je puis comprendre que l'on se préoccupe de la situation en Palestine, mais cette préoccupation n'autorise personne à jeter délibérément le discrédit sur un État qui est un modèle d'État de droit.

On le disait tout à l'heure, la Cour suprême israélienne montre tous les jours qu'elle fonctionne de façon remarquable. Et puis, quand vous parlez des prisons, reportez-vous à tout ce qui est écrit sur les nôtres !

Reportez-vous aux rapports qui sont continuellement déposés, aux cris d'alarme qui sont lancés et, si je puis m'exprimer ainsi, avant d'aller voir la paille dans l'oeil du voisin, regardez la poutre dans le nôtre !

Cette ratification s'impose et, comme dans le cas du Maroc, de la Jordanie, de la Moldavie dont nous avons discuté, elle ne devrait poser aucun problème. Cependant, dès l'instant où il s'agit de l'État d'Israël, elle suscite un soulèvement d'arguments nauséabonds – pardonnez-moi cet adjectif, que j'ai tant de fois entendu à notre sujet – , qui ...

Nous avons le devoir de le dire, de le répéter, de le combattre. Encore une fois, la paix ne se fera pas entre Israël et la Palestine avec vos arguments. Vous ne faites que desservir celles et ceux que vous voulez aider, en les isolant.

Seulement, voilà, vous vous donnez une belle conscience. Ceux-là mêmes qui ont hérité de ceux qui voyaient en Staline le défenseur des droits de l'homme voient en Israël l'ennemi de ces droits.

C'est quelque chose de tout à fait extraordinaire, qui me laisse complètement pantois et perplexe. Alors, oui, je signerai cet accord de tout mon coeur, et j'espère qu'ils seront nombreux ceux et celles qui iront voir, en Israël, la beauté et la grandeur de ce pays. Ils y respireront ce qui fait que, depuis des siècles et des siècles – relisez...