⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions,
les propositions de loi, les rapports et les votes ne peuvent plus être intégrés pour certains depuis plusieurs mois.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.


Les amendements de Gilles Le Gendre pour ce dossier

65 interventions trouvées.

 « Grand », car le débat a porté sur des enjeux cruciaux pour la France et des préoccupations essentielles de nos concitoyens, concernant l'État, la nation et la planète, ayant trait aussi bien à leur vie de tous les jours qu'à l'avenir de notre civilisation. « Débat », car la parole des Français s'y est exprimée pleinement, dans sa diversité, d...

un élan populaire dont témoigne la participation massive de nos concitoyens. Le Premier ministre en a rappelé les chiffres, qui sont impressionnants et parlent d'eux-mêmes. Le grand débat national a permis de redonner la parole aux Français, notamment à certains d'entre eux qui, depuis longtemps, manifestaient leur rejet de la politique en se ...

À la faveur de ce débat, la démocratie participative s'est déployée avec une vigueur qui doit nous rassurer.

Cette dynamique, il nous appartient désormais de continuer à la faire vivre, au-delà de ce moment singulier, dans la durée. Même sous d'autres formes, le grand débat national doit continuer.

Les Français nous ont fait part de leurs exigences. Ils ont exprimé leur volonté d'être plus impliqués dans le débat démocratique, mieux écoutés dans leurs revendications, …

… davantage associés à la prise de décision politique. Cette demande de démocratie délibérative et continue, nous l'entendons pleinement, …

… car s'y sont révélées, parfois avec une violence particulière, des fractures douloureuses, qui remontent à plusieurs décennies.

Elle s'enracine dans l'inefficacité de l'action publique. Elle s'est exprimée sous une forme inédite dans le mouvement des gilets jaunes, mais c'est à nous qu'il incombe de la réparer. « Changer la vie, transformer le monde » : en mariant les célèbres formules de Rimbaud et de Marx, …

… au lendemain de la Première guerre mondiale, André Breton dessinait un horizon des possibles. Certes, le temps a passé et, avec lui, celui des utopies.

Aujourd'hui, les Français doutent que la politique puisse changer leur vie. Ils ont parfois même tendance à concevoir le système politique actuel, non comme un remède, mais comme l'une des causes de leurs maux.

Et pourtant, nos concitoyens ne contestent pas l'État dans son essence. La restitution du grand débat à laquelle nous avons assisté hier ne souffre aucune ambiguïté sur ce point : au contraire, nos concitoyens veulent un État juste et efficace, une République humaine et puissante, une démocratie active et vivante, des institutions pertinentes e...

Les Français ne veulent pas moins : ils veulent davantage : davantage de citoyenneté, davantage de solidarité, davantage de proximité

Ces exigences n'ont rien d'utopique et se traduisent par des questions concrètes. Elles se révèlent parfois complexes, voire contradictoires. Ainsi, comment concilier la dimension sociale et la préoccupation écologique, …

… les enjeux de la cité et les défis de la planète ? La crise des gilets jaunes s'est précisément amorcée à ce point de tension, avec la hausse de la taxe carbone : comment diminuer la pollution pour préserver la vie sans pour autant dégrader le « pouvoir de vivre » ?

Dans un tel contexte, notre responsabilité politique est collectivement engagée. Nous ne sommes pas responsables de l'état dans lequel nous avons trouvé le pays.

Nous n'en sommes pas moins responsables de répondre aux innombrables défis posés, en témoignant que nous avons entendu les Français, en nous montrant à la hauteur de leurs attentes et en leur apportant les solutions, à la mesure des enjeux. Il y a eu le temps de la mobilisation. Il y a le temps de la délibération. Viendra très vite le temps de...

Mes chers collègues, ce défi audacieux lancé par le chef de l'État, nous y avons cru dès la première heure.

Ensemble, nous avons organisé plus de mille événements publics. Tandis que nous allions à la rencontre des Français, en métropole et en outre-mer, en France et à l'étranger, certains responsables politiques préféraient faire le pari de l'échec.

Aujourd'hui encore, ils refusent de voir le démenti que leur ont infligé nos concitoyens. Ils devraient se réjouir de cette victoire démocratique mais, au contraire, ils la boudent.