⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commission
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.
Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

Intervention de Jean-Marie Sermier

Séance en hémicycle du lundi 29 mars 2021 à 16h00
Lutte contre le dérèglement climatique — Discussion générale

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJean-Marie Sermier, LR :

Certes, les énergies renouvelables sont utiles, mais elles le sont plus encore dans les pays dépendant d'énergies fossiles, ce qui n'est pas notre cas grâce au socle nucléaire. La France a la chance de bénéficier encore de la vision stratégique du général de Gaulle, ce qui lui permet à la fois d'assurer son indépendance énergétique et d'être le pays développé qui produit le moins d'émissions de gaz à effet de serre.

Il faut donc réaffirmer notre soutien à la filière nucléaire. Dans ce domaine, le « en même temps » est une catastrophe : remplacer une énergie décarbonée pilotable par une autre, moins fiable, est un non-sens complet. D'ailleurs, un certain nombre d'écologistes finlandais et norvégiens ont, eux, la lucidité de remettre en question leurs certitudes.

Le projet de loi n'aborde pas non plus la question de la décarbonation industrielle. Pourtant, les industries représentent actuellement 20 % des émissions de gaz à effet de serre françaises. Nous aurions souhaité, par exemple, un véritable accompagnement des entreprises en faveur de l'hydrogène vert. Nous ne contestons pas le plan de relance ; mais il faut désormais agir aux côtés des entreprises, car c'est bien par la maîtrise de la technologie que nous préserverons notre planète et créerons des emplois.

Les montagnes ont également été oubliées, ainsi que les stations de ski qui, après une année difficile due à la crise sanitaire, s'interrogent sur leur avenir : en cinquante ans, les Alpes ont perdu un mois d'enneigement en basse et moyenne montagne et la fonte accélérée des glaciers pèse sur l'écosystème et la gestion de l'eau. L'eau, parlons-en : heureusement que Martial Saddier a déposé un amendement, que vous avez finalement retenu, faute de quoi ce sujet n'aurait pas été évoqué non plus dans le présent projet de loi !

Enfin, l'absence des territoires ultramarins est consternante.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion