⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commission
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.
Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

Intervention de Jean-François Cesarini

Séance en hémicycle du jeudi 18 janvier 2018 à 15h00
Entreprise nouvelle et nouvelles gouvernances — Motion de renvoi en commission

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJean-François Cesarini :

Le 15 octobre dernier, le Président de la République a clairement fait part de sa volonté de réformer la philosophie du monde de l'entreprise et de dépasser les clivages, souvent systématiques et stériles, que nous pouvons connaître, malheureusement depuis très longtemps, entre les salariés et les dirigeants. Nous sommes donc évidemment favorables à la perspective générale du texte, qui pourra nous servir de base travail.

Nous avons toutefois lancé la grande concertation nationale sur le PACTE – plan d'action pour la croissance et la transformation des entreprises – , dont les premières conclusions seront tirées au printemps. Nous ne voulons donc pas la court-circuiter, de la même manière que, lorsque la droite a déposé une proposition de loi créant une Agence nationale pour la cohésion des territoires, nous lui avons demandé de nous laisser travailler dans le cadre de la conférence nationale des territoires. Nous lui avons même proposé de travailler ensemble.

Nous ne refusons donc pas de réfléchir avec vous : ce renvoi en commission vise, au contraire, à entamer ensemble un travail de réflexion. Étant favorables à plusieurs dispositions du texte, nous prenons rendez-vous avec vous : nous vous disons non pas « à jamais ! » mais « à très bientôt : continuons de travailler dès aujourd'hui ! »

Mais vous avez raison, il n'y a pas d'amour, il n'y a que des preuves d'amour. C'est pourquoi je vous donnerai l'exemple d'une mesure sur laquelle je souhaite travailler avec vous, comme je le fais déjà avec des entreprises, notamment du CAC40 : la RTE – responsabilité territoriale des entreprises – sur le modèle de la RSE – responsabilité sociale des entreprises. La décentralisation et la déconcentration de l'économie sont très importantes à nos yeux. Il convient donc de réfléchir à la définition d'un vrai pourcentage permettant de quantifier le télétravail dans les tiers lieux au sein des territoires, de savoir comment a été accepté, ou pas, un travail collectif dans ces tiers lieux ou comment le conjoint a été aidé pour s'installer, ou, encore, de nous demander comment améliorer la déconcentration économique pour que les territoires dits intermédiaires deviennent le grand espace de croissance de demain.

Je le répète : je tiens à réfléchir avec vous sur l'instauration d'une RTE sur le modèle de la RSE, question que la proposition de loi n'aborde pas, afin de penser aujourd'hui au plan territorial la croissance de demain.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion