Intervention de Delphine Bagarry

Séance en hémicycle du jeudi 1er février 2018 à 9h30
Reconnaissance comme maladies professionnelles des pathologies psychiques résultant de l'épuisement professionnel — Discussion générale

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaDelphine Bagarry :

Madame la présidente, monsieur le secrétaire d'État, monsieur le rapporteur, mes chers collègues, reconnaître le burn-out comme maladie professionnelle est un vrai sujet politique, au sens étymologique du mot, c'est-à-dire qu'il porte sur l'organisation de la vie des citoyens.

Exigence insurmontable, manque d'autonomie dans son travail, mauvais rapports sociaux, mauvaises relations au travail, conflits de valeurs, travail empêché, pression hiérarchique, insécurité de l'emploi, engagement individuel poussé à l'extrême, surinvestissement émotionnel : nous sommes amenés à connaître chacune de ces situations, parce qu'un proche l'a vécue, parce que nous l'avons vécue ou encore parce que nous avons peur de la vivre – et chacune d'elle peut conduire à un burn-out.

Le philosophe Pascal Chabot parle d'incendie du moi provoqué par un système professionnel consumériste, familial et social qui nous lessive et nous fait perdre foi dans nos actions.

Le burn-out n'est pas une maladie caractérisée : c'est un ensemble syndromique entraînant des troubles psychiques et somatiques. Bien qu'étant une pathologie du travail, n'est-elle pas une pathologie de civilisation ?

1 commentaire :

Le 02/02/2018 à 21:25, Laïc1 a dit :

Avatar par défaut

Je ne me suis jamais senti concerné par le burn-out, suis-je en dehors de la civilisation ?

N'est-ce pas plutôt ceux qui ont perdu tout sens de la civilisation qui sont atteints par le burn-out ?

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Inscription
ou
Connexion