Intervention de Amiral Christophe Prazuck

Réunion du mercredi 14 février 2018 à 9h00
Commission de la défense nationale et des forces armées

Amiral Christophe Prazuck, chef d'état-major de la marine :

Oui, ce sera le dernier de la série des Barracuda. Les quatre premiers s'appelleront Suffren, Duguay-Trouin, Tourville, De Grasse, du nom de grands marins du XVIIe et du XVIIIe siècles ; les deux derniers reprendront, en référence à la Seconde Guerre mondiale, le nom du Casabianca – qui s'est échappé de Toulon au moment du sabordage de la flotte et qui a participé à la libération de la Corse – et celui du Rubis qui a été fait « Compagnon de la Libération ».

Pour ce qui est des patrouilleurs légers guyanais, le troisième, commandé par la ministre des armées en décembre 2017, rejoindra les Antilles mi-2019.

Le bâtiment de transport léger Dumont d'Urville a été désarmé et sera remplacé dans le courant de l'année par un bâtiment multi-missions (B2M), issu des chantiers Piriou en Bretagne et qui portera le même nom.

Madame Trisse, nous avons mis en place dans la marine un système de validation des acquis de l'expérience (VAE) extrêmement performant qui nous conduit à faire reconnaître chaque année 2 500 diplômes militaires. Nous ajoutons régulièrement des compétences nouvelles à celles couvertes par la VAE, en collaboration avec l'éducation nationale afin de trouver une équivalence civile et faciliter la reconversion. C'est l'un de mes chevaux de bataille.

Nous nous trouvons dans une situation paradoxale puisque nous devons à la fois fidéliser les marins et maintenir une moyenne d'âge peu élevée. Cela revient à faire du talon-pointe comme sur les vieilles voitures : agir en même temps sur l'accélérateur et le frein. En réalité, tout dépend des contraintes propres à chaque métier et chaque spécialité. Actuellement, entre les quatre sous-marins lanceurs d'engins, les six sous-marins nucléaires d'attaque et le nouveau sous-marin de classe Barracuda, je manque de sous-mariniers. Nous tentons donc de conserver les personnels en place en gagnant une année ou deux avant leur reconversion. Mais dans deux ans, ce sera peut-être une autre catégorie de personnel qui sera concernée.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion