Intervention de Sandrine Mörch

Séance en hémicycle du mercredi 21 mars 2018 à 15h00
Questions au gouvernement — Plan d'action contre le racisme et l'antisémitisme

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaSandrine Mörch :

Monsieur le ministre de l'intérieur, il peut suffire d'un mot, d'un regard méprisant, d'une moquerie assénée à un enfant, et le mal est fait pour longtemps.

Les derniers chiffres de votre ministère montrent une baisse globale de 16 % des actes racistes et antisémites en 2017, mais on constate en parallèle une hausse inquiétante des actes violents. Et puis, il y a cette violence ordinaire, quotidienne, qui fait des ravages.

Elle touche ce jeune, chaque fois qu'il met en ligne une vidéo sur les réseaux sociaux, cet adolescent qui a peur de se faire agresser s'il sort avec sa kippa ou cette jeune femme qui redoute les regards désapprobateurs lorsqu'elle porte le voile, cette jeune diplômée qui attend désespérément un entretien d'embauche et qui se dit qu'elle ferait mieux de changer de nom, ce retraité qui songe avec amertume à la carrière qu'il aurait sans doute pu avoir s'il avait été un peu moins typé ou encore cet élu, peut-être député, qui, quoi qu'il fasse, est toujours renvoyé à ses origines.

Nous devons regarder en face toutes ces figures du racisme. Nous devons nous mobiliser massivement contre cette peur de l'autre véhiculée par les médias, relayée par les familles et par chacun d'entre nous lorsque nous entendons des propos condamnables et que nous laissons dire.

Il faut prévenir ces préjugés, s'y attaquer dès l'école – évidemment – mais aussi dans tous les lieux où s'exprime ce racisme, par exemple en ouvrant nos administrations, qui sont le reflet des valeurs de notre République mais qui sont bien loin d'être le reflet de notre diversité.

Il y a six ans, nous avons vécu à Toulouse le drame qui a emporté plusieurs élèves et un enseignant de l'école juive Ozar Hatorah. Il nous rappelle chaque fois avec douleur l'impérieuse nécessité d'un combat quotidien contre cette haine capable de pousser au pire.

Le nouveau plan national expérimente de nouveaux moyens pour repérer et sanctionner les actes racistes. C'est là, monsieur le ministre, qu'il faut être inflexible.

1 commentaire :

Le 18/04/2018 à 11:48, Laïc1 a dit :

Avatar par défaut

"Elle touche ce jeune, chaque fois qu'il met en ligne une vidéo sur les réseaux sociaux, cet adolescent qui a peur de se faire agresser s'il sort avec sa kippa ou cette jeune femme qui redoute les regards désapprobateurs lorsqu'elle porte le voile"

Ou cette jeune femme qui redoute les regards désapprobateurs lorsqu'elle porte la mini-jupe...

Ce qui est cocasse, c'est lorsque c'est la femme qui porte le foulard qui jette un regard désapprobateur sur celle qui porte la mini-jupe, et lorsque c'est celle qui porte la mini jupe qui jette un regard désapprobateur sur celle qui porte le voile...

Tout le monde déteste tout le monde en fin de compte, il n'y a que l'intérêt économique commun qui peut relier les êtres.

Je constate ceci dit que lors des concours administratifs on voit des femmes voilées postulantes, mais on ne voit pas de femmes en mini jupe, on en déduit alors que la marge de tolérance est plus importante pour les femmes en voile que pour les femmes en mini-jupe.

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Inscription
ou
Connexion