Intervention de Jean-Jacques Bridey

Séance en hémicycle du mercredi 21 mars 2018 à 21h30
Programmation militaire pour les années 2019 à 2025 — Article 2 et rapport annexé

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJean-Jacques Bridey, rapporteur de la commission de la défense nationale et des forces armées :

… soit vous voulez indiquer que les effectifs actuels ne seront pas sollicités pour la mise en oeuvre du SNU, et votre formulation n'est pas assez précise. En effet, dans les armées actuelles, certains effectifs sont affectés à la mise en oeuvre du service national universel actuel : 250 personnes au SMV, le service militaire volontaire, un peu plus au SMA, le service militaire adapté, d'autres aux cadets de la défense, d'autres encore à la journée défense et citoyenneté. Actuellement, au sein des effectifs du ministère des armées, des personnels – officiers et sous-officiers – travaillent à mettre en oeuvre le service national universel actuel, que vous connaissez tous. C'est pourquoi la rédaction de l'amendement no 55 ne me paraît pas très correcte, pas plus que celle de l'amendement no 167 .

Attention ! C'est écrit et Mme la ministre l'a répété plusieurs fois : tant que la mise en oeuvre du service national universel, dont nous ignorons à ce jour le rythme, le contenu, l'ampleur, ne sera pas effective, elle n'aura aucun impact sur les moyens budgétaires et en personnels du ministère des armées. C'est écrit et nous l'avons dit. Il est donc inutile de voter de nouveaux amendements pour le répéter.

Faisons attention : il faut être très précis dans nos explications, car aujourd'hui, un certain nombre de personnes – j'ignore combien – sont affectées aux différents services qui interviennent dans le service national universel.

Je suggère donc que ceux-ci soient retirés, à défaut de quoi j'émettrai un avis défavorable.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion