Intervention de Florence Parly

Séance en hémicycle du jeudi 22 mars 2018 à 15h00
Programmation militaire pour les années 2019 à 2025 — Article 3

Florence Parly, ministre des armées :

Permettez-moi de me réjouir que chacun, sur les bancs de cette assemblée, s'efforce d'améliorer encore un texte qui, je crois, se démarque nettement des précédentes lois de programmation militaire. Je m'étonne toutefois que, sur certains bancs, on préconise d'augmenter de plus de 5 milliards d'euros la programmation proposée par le Gouvernement sur les années 2019 à 2022, alors que les lois de programmation militaires adoptées par le groupe Les Républicains étaient marquées du signe moins plutôt que du signe plus.

Permettez-moi également de m'étonner que le président de la commission des finances, d'ordinaire très scrupuleusement attaché au respect du principe de maîtrise des dépenses publiques, ait pu accepter des amendements visant à augmenter de plus de 5 milliards la programmation proposée par le Gouvernement.

Tout cela relève, à mes yeux, d'une forme de posture. Je le regrette parce que nous cherchons tous ici sérieusement à réparer l'état de nos forces armées. La programmation repose sur une séquence temporelle qui vise, dans un premier temps, à concentrer nos efforts sur la réparation et, dans un second temps, à nous consacrer à la préparation de l'avenir.

Nous avons en outre prévu une clause de revoyure en 2021, en vue de préciser les conditions dans lesquelles sera atteint en 2024 et en 2025 l'objectif, souhaité par nous tous comme par le Président de la République, de porter l'effort de défense à 2 % du PIB.

Pour toutes ces raisons, je ne peux pas être favorable à ces amendements. Je vous demande instamment de reconnaître l'ampleur de l'effort prévu en faveur de nos armées pour les années 2019 à 2023 et de convenir que nous avons un rendez-vous avant la fin du quinquennat pour déterminer les étapes qui resteront à franchir.

Il n'est pas non plus sérieux de prévoir, comme le fait un amendement, une marche de 7,2 milliards d'euros entre 2024 et 2025. Soyons raisonnables !

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion