Intervention de Danièle Obono

Séance en hémicycle du jeudi 6 juillet 2017 à 9h30
Prorogation de l'état d'urgence — Discussion générale

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaDanièle Obono :

y compris en matière de sécurité. Dans la Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948, la sécurité renvoie avant tout au droit à la Sécurité sociale, à la satisfaction des droits économiques, sociaux et culturels. Dans le contexte actuel de fragilisation économique et sociale, de violence et d'attaques terroristes, ce sont ces droits qui doivent être renforcés : c'est plus et non moins de droits que l'on devrait avoir.

Comme l'a rappelé Ugo Bernalicis, il faut prendre le problème à la racine. On ne peut pas faire croire au peuple français que c'est l'état d'urgence qui permettra de combattre durablement les attaques terroristes. Une politique internationale s'attaquant aux sources de financement est nécessaire. Or que fait-on aujourd'hui contre l'entreprise Lafarge ? Que fait l'État contre celles et ceux qui ont avoué aider des organisations terroristes ?

5 commentaires :

Le 07/07/2017 à 23:03, Laïc1 a dit :

Avatar par défaut

"On ne peut pas faire croire au peuple français que c'est l'état d'urgence qui permettra de combattre durablement les attaques terroristes."

On est face à des gens fous qui nous font une guerre folle : si on ne prend pas tous les moyens pour les combattre, on est mort, ce n'est pas compliqué à comprendre.

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Le 14/07/2017 à 03:14, Scravenpouic a dit :

Avatar par défaut

Si nous choisissons de sacrifier nos libertés pour nous terrer dans nos abris alors que ces libertés sont précisément ce à quoi l'ennemi s'en est pris symboliquement, alors il a gagné. Liberté de réunion, liberté d'expression étaient la cible, à travers l'agression de la presse, des artistes et de leur public. Finalement, des manifestations ont été empêchées, des spectacles ont été interdits. Tous ces droits se sont trouvés contraints et malmenés sous l'état d'urgence, alors que nous avions souhaité, par nos mobilisations, montrer notre volonté de ne rien céder sous la menace terroriste. Ce n'est pas compliqué à comprendre.

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Le 14/07/2017 à 08:42, Laïc1 a dit :

Avatar par défaut

C'est cela, montrons que nous n'avons pas peur, continuons les manifestations et les spectacles comme avant, montrons notre volonté de résister au terrorisme par la seule force de notre pensée sans prendre plus de précautions qu'avant, et sans état d'urgence bien sûr, et nous aurons démontré que le terrorisme n'a pas gagné chez nous...

Sans l'état d'urgence, il y aurait eu des attentats en plus et des morts en plus, et si malgré l'état d'urgence il y a eu quand même des attentats, c'est parce que l'état d'urgence n'était pas assez puissant. Cet état d'urgence a réussi ceci dit à en prévenir un nombre importants, et si de nombreuses personnes sont en vie à l'heure actuelle, c'est grâce à lui.

Vouloir prouver au terrorisme qu'il n'a pas gagné en ne changeant rien à nos habitudes, c'est lui faire la faveur de lui permettre de tuer encore pus, car le terrorisme se moque de ce qu'on a dans nos têtes, son objectif est de tuer encore et toujours plus, il n'a pas même de stratégie, il voue un culte à la mort, son dieu est Thanatos, et on ne peut rien opposer d'autre à sa volonté de mort que celle de se défendre par tous les moyens disponibles.

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Le 14/07/2017 à 18:38, Scravenpouic a dit :

Avatar par défaut

Nous ne pouvons pas comprendre votre intervention qui nous paraît loin du raisonnable, en particulier les dernières envolées lyriques sur Thanatos... En raisonnant ainsi, vous serez conduits à faire croire aux citoyens que la géopolitique du monde se résume au camp du Bien contre celui du Mal.

Le but du terrorisme, bien évidemment, c'est de terroriser ! C'est l'instauration du règne de la peur. La mort des individus n'est pas pour l'ennemi une fin mais un moyen. Cela lui permet de contraindre nos décisions sous le coup de la panique. Ce à quoi vous vous pliez.

Ce dont à besoin la société, ce n'est pas de lyrisme, mais de décisions éclairées. Et cela consiste à défendre la liberté des citoyens autant qu'on défend leur sécurité. Un avis qui laisse entendre que la France était démunie et que la sécurité des citoyens n'était pas défendue avant le 14 novembre 2015 ne nous semble pas un avis éclairé.

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Le 14/07/2017 à 20:29, Laïc1 a dit :

Avatar par défaut

Vous êtes plusieurs sur un pseudo ? Moi je pense en citoyen, je ne suis pas là pour résumer l'avis d'un club...

Allons bon, quand on cite Thanatos, on fait du lyrisme maintenant, pourtant en dissociant l'acceptable de l'inacceptable dans la religion islamique, Allah de Thanatos, je tends à prouver que je ne rentre pas dans le jeu d'un certain manichéisme politique (attention, le lyrisme me guette, paraît-il...) qui veut tout l'islam soit voué à la mort et à la destruction de la personnalité. Maintenant, si vous dites qu'il n'y a qu'un seul Dieu pour tous les musulmans, y compris les terroristes, que ce que le terrorisme fait le fait au nom de tout l'islam, c'est plutôt vous qui faites le jeu l'opposition simpliste entre le Bien contre le Mal, Mal qui engloberait tout l'islam. Donc en effet vous ne comprenez vraiment pas mon intervention, c'est bien dommage.

J'ai expliqué que la mort n'était justement pas un moyen, mais une fin, que même si toute la planète était peuplée uniquement de musulmans, les terroristes islamiques frapperaient encore, car ils vouent un culte à Thanatos, ne vous en déplaise. Si vous ne comprenez pas ça, cela vous regarde. Mais si vous voulez qu' Allah soit définitivement associé à Thanatos, en niant l'existence de cette composante funeste dans le Allah des musulmans, vous suivez en effet une voie fort dangereuse pour l'avenir.

Pour le reste j'ai déjà répondu ailleurs: pas de liberté sans sécurité, et bien sûr que les mesures anti-terroristes n'étaient pas assez importantes avant le 13 novembre 2015, car pourquoi sinon Hollande aurait pris la décision d'instaurer l'état d'urgence ?

La décision éclairée, c'est de prendre les décisions exceptionnelles qui s'imposent pour en finir avec la mort islamique.

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Inscription
ou
Connexion