Intervention de Béatrice Piron

Séance en hémicycle du jeudi 14 juin 2018 à 21h30
Liberté de choisir son avenir professionnel — Après l'article 10

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaBéatrice Piron :

Ce projet de loi nous donne l'opportunité de développer la qualification et la formation des personnes les plus vulnérables, notamment les personnes en situation d'illettrisme, dans la démarche d'inclusion sociale que notre majorité entend promouvoir.

La lutte contre l'illettrisme est une priorité nationale. La situation actuelle est hautement préoccupante : environ 7 % des adultes en souffrent. C'est inadmissible, car l'illettrisme cause de l'exclusion, aux dépens de la société tout entière. L'illettrisme est un frein à la cohésion sociale et nationale : savoir lire, écrire et compter est nécessaire pour accéder à l'emploi et exercer la citoyenneté.

Le code du travail dispose que « la région contribue à la lutte contre l'illettrisme sur le territoire régional, en organisant des actions de prévention et d'acquisition d'un socle de connaissances et de compétences ». Or, les moyens et les résultats diffèrent beaucoup selon les régions. Le partage de compétences entre les régions et l'État dans ce domaine est parfois flou.

Les politiques de lutte contre l'illettrisme sont théoriquement dotées d'environ 160 millions d'euros par an, dont 90 millions d'euros pour les régions, selon France Stratégie. Comme le disait hier notre collègue Belkhir Belhaddad, il est impossible de savoir comment ces 90 millions d'euros sont dépensés. La délégation générale à la langue française et aux langues de France tente de compiler les dépenses régionales relatives à l'illettrisme afin de présenter des résultats consolidés, mais les régions ne lui répondent pas toutes.

Il est essentiel de rappeler que les missions des régions ne se limitent pas à l'information et à l'orientation. Les régions interviennent concrètement contre l'illettrisme, par des plans de formation, de détection et de prévention, en coordination avec les acteurs locaux.

Par cet amendement, nous demandons que le Gouvernement remette au Parlement un rapport de suivi de toutes les actions de détection et de formation entreprises par les régions dans le cadre de la lutte contre l'illettrisme, afin d'obvier à l'absence de résultats consolidés par région. Dans la mesure où les régions sont compétentes, ce rapport permettra d'évaluer la contribution régionale à la lutte contre l'illettrisme, compte tenu des publics pris en charge et des types d'actions de formation mises en oeuvre.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion