Intervention de Adrien Quatennens

Séance en hémicycle du jeudi 14 juin 2018 à 21h30
Liberté de choisir son avenir professionnel — Article 11

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaAdrien Quatennens :

Vous prévoyez de limiter, voire de supprimer la tutelle des pouvoirs publics sur les centres de formation d'apprentis. Pire, vous envisagez même de confier leur gestion aux entreprises. L'État offrirait ainsi au privé un outil de formation uniquement destiné à satisfaire les besoins immédiats de celui-ci, sans prise en compte de l'intérêt général de la nation ni des besoins de la jeunesse.

Les centres de formation d'apprentis permettent à des milliers d'apprentis d'acquérir une qualification. L'État doit donc être étroitement associé à leur gouvernance et à la définition des contenus enseignés, car son rôle n'est pas de produire une main-d'oeuvre calibrée selon les exigences des entreprises – qui, elles-mêmes, sont bien souvent calées sur celles de leurs actionnaires. Il est au contraire de définir le chemin à emprunter pour construire un futur harmonieux, durable et profitable à tous. Partant de là, l'État doit utiliser ses administrations et ses organes de formation pour doter la société des compétences lui permettant d'avancer sur ce chemin. Nous ne croyons pas que les entreprises sachent mieux que l'État ce qui sera bon pour demain ni comment y parvenir. Voilà pourquoi nous voulons préserver les liens entre centres de formation d'apprentis, pouvoirs publics et autres unités de formation.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion