⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
depuis avril 2020, et les propositions de loi et rapports depuis janvier 2020 ne peuvent plus être intégrés.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.

Intervention de Laurence Trastour-Isnart

Réunion du jeudi 20 juillet 2017 à 11h00
Délégation aux droits des femmes et à l'égalité des chances entre les hommes et les femmes

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaLaurence Trastour-Isnart :

Madame la secrétaire d'État, je tiens à saluer votre engagement, et la conviction avec laquelle vous défendez les droits des femmes.

Personnellement, je travaille dans la petite enfance depuis de nombreuses années. J'observe que l'on a pu mettre en place, dans les structures, des formations destinées à éviter le sexisme dès la petite enfance. Mais à l'école, le problème du sexisme est encore flagrant. C'est ce qui ressort du rapport du Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes (HCE) de février 2017.

Dans les manuels scolaires, les clichés de genre persistent. Les filles sont cantonnées aux rôles traditionnels des stéréotypes. Ainsi, dans les manuels de CP, 70 % des personnages qui représentent une personne en train de faire la cuisine ou le ménage sont des femmes, alors qu'elles illustrent seulement dans 3 % des cas des personnages exerçant des métiers scientifiques. Par ailleurs, les enseignants interagissent beaucoup plus facilement avec les garçons – 56 % – qu'avec les filles – 44 %. Un travail très important doit donc être fait dans l'enseignement.

J'aimerais donc savoir quelle politique vous entendez mener pour réduire le sexisme à l'école, car je pense que le problème doit être pris à la base.

1 commentaire :

Le 20/08/2017 à 08:55, Laïc1 a dit :

Avatar par défaut

" Par ailleurs, les enseignants interagissent beaucoup plus facilement avec les garçons – 56 % – qu'avec les filles – 44 %. "

Et vous le tenez d'où ce chiffre ? Déjà qu'il n'y a jamais ou presque d'inspection d'académie dans les classes de primaire, comment savoir objectivement et quantitativement comment cela se passe dans l'ensemble des classes françaises ? On nage en pleine désinformation et idéologie culpabilisante intentionnelle.

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Inscription
ou
Connexion