Intervention de Caroline Fiat

Réunion du mercredi 27 juin 2018 à 21h00
Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaCaroline Fiat :

La pseudo-initiative populaire prévue par l'alinéa 5 de l'article 11 de la Constitution a été tellement verrouillée qu'elle n'a, depuis 2008, tout simplement jamais pu être appliquée.

En Suisse, pourtant régime directorial, 50 000 citoyens peuvent demander la tenue d'un référendum obligatoire sur les lois fédérales. En Californie, les initiatives populaires, qui peuvent avoir pour objet une révision de la Constitution ou l'adoption d'une loi ordinaire, sont soumises à référendum en dehors de toute intervention du Parlement. Selon qu'elle porte sur une matière constitutionnelle ou législative, une telle initiative doit être présentée par un nombre minimal d'électeurs égal à 8 %, ou à 5 % des personnes ayant participé à la dernière élection du gouverneur. Le dépôt de l'initiative populaire entraîne automatiquement l'organisation d'un référendum à l'issue duquel la norme proposée peut être définitivement adoptée.

Ainsi, on voit bien, avec ces deux exemples, que la possibilité pour une fraction du peuple de proposer une loi soumise à référendum est de nature à accentuer le caractère démocratique d'un régime politique sans provoquer une quelconque instabilité juridique, la Californie et la Suisse étant reconnues dans le monde entier pour le caractère démocratique de leurs procédures législatives sans pour autant qu'elles soient taxées d'États instables.

Nous proposons donc qu'un « référendum tendant à l'adoption de tout projet ou proposition de loi puisse être organisé sur l'initiative d'un dixième des électeurs inscrits sur les listes électorales ».

1 commentaire :

Le 30/03/2019 à 11:43, Laïc1 a dit :

Avatar par défaut

"En Suisse, pourtant régime directorial, 50 000 citoyens peuvent demander la tenue d'un référendum obligatoire sur les lois fédérales."

En France c'est interdit. Il paraît que les référendums favorisent les extrêmes. Or la Suisse a des référendums depuis 1848, et les Suisses n'ont pas cédé au nazisme, alors qu'il y a une majorité de germanophones dans leur pays : l'usage des référendums les avait habitués à réfléchir par eux-mêmes, et à ne pas céder au populisme national-socialiste promouvant la primauté de la race germanique sur les autres peuples.

En France, on n'a pas de référendums, mais on voit une belle montée des extrêmes, tirez en les conclusions par vous-mêmes.

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Inscription
ou
Connexion