Intervention de Jean-Luc Mélenchon

Séance en hémicycle du mercredi 11 juillet 2018 à 15h00
Démocratie plus représentative responsable et efficace — Avant l'article 1er

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJean-Luc Mélenchon :

J'ai pris cet exemple, mais je peux en prendre un autre : monsieur Houlié, vous vous êtes trompé lorsque vous avez dit que la neutralité d'internet interdisait la régulation – ou alors c'est que nous ne nous comprenons pas. La neutralité du net, c'est la liberté d'un accès égal à tous les sites et à tous les émetteurs. Aujourd'hui, la liberté du net, cette égalité de fait qui revient à décréter bien commun cette possibilité d'accès, est mise en cause par exemple dans la juridiction des États-Unis d'Amérique. Il ne s'agit donc pas d'une question secondaire. L'inscrire comme un droit fondamental reviendrait à dire qu'il existe un droit fondamental à pouvoir accéder librement à n'importe quel émetteur. Cela n'exclut pas que ces émetteurs fassent l'objet d'une régulation particulière du point de vue de leur contenu, mais cela signifie que l'accès sera ouvert à tous.

J'ajoute que c'est le net qui a ouvert la fenêtre de la liberté quand celle-ci se fermait par ailleurs, lorsque de grands monopoles ont accumulé les titres de presse et acquis la capacité d'accéder au temps de cerveau disponible. S'il y a aujourd'hui, dans la génération qui est la mienne, c'est-à-dire des plus de cinquante-neuf ans, autant de personnes qui regardent le journal télévisé alors que tous les autres ne le regardent plus, c'est parce que l'internet est, malgré tous ses défauts, une aire de liberté, alors que le terrain de la télévision ne l'est plus. Par conséquent, il y a un intérêt à défendre la liberté de l'internet.

Pour conclure, vous trouvez que la situation est suffisamment mûre pour décréter qu'il faut supprimer 30 % de parlementaires, ce que personne ne vous a demandé,

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion