Intervention de Clémentine Autain

Séance en hémicycle du mercredi 11 juillet 2018 à 15h00
Démocratie plus représentative responsable et efficace — Avant l'article 1er

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaClémentine Autain :

Sincèrement, je ne comprends pas pourquoi le Gouvernement et la majorité bloquent l'adoption d'un élément qui devrait normalement recueillir un très large consensus sur les bancs de cette assemblée. Je pense en effet à Simone Veil qui, lorsqu'elle défendait ici la loi de libéralisation du droit à l'avortement, a dû affronter sa propre majorité, parce qu'il y avait des oppositions. Il y a heureusement eu des mobilisations et un mouvement profond de la société et, aujourd'hui, dans notre pays, les femmes et les hommes sont attachés au droit à l'avortement.

Quel est l'enjeu ? Ce droit n'existe pas aujourd'hui dans la Constitution. Or, nous sommes en train de débattre de ce qui doit désormais y figurer. Qu'est-ce qui nous empêche donc d'inscrire ce droit, un cran au-dessus du niveau actuel, dans nos textes fondateurs et fondamentaux ? Ainsi, l'éducation est aujourd'hui un droit que personne ne pense à remettre en cause, mais qui n'en figure pas moins dans la Constitution, comme la liberté d'expression et d'autres droits. Pourquoi ne pas élever à ce rang un droit qui n'est certes pas menacé aujourd'hui, même s'il est en butte à des mouvements anti- IVG qui existent dans notre pays et à des difficultés financières qui l'empêchent de devenir une réalité ? Si nous étions aujourd'hui capables de poser cet acte collectivement, nous enverrions un message fort à la société.

Si par ailleurs, à l'avenir, une autre majorité politique voulait détricoter ce droit, qui serait alors de nature constitutionnelle, il serait bien plus difficile de revenir sur un droit fondamental que nous avons conquis pour l'émancipation des femmes.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion