Intervention de Christian Jacob

Séance en hémicycle du jeudi 19 juillet 2018 à 15h00
Communication de m. le président

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaChristian Jacob :

Monsieur le président, vous venez de prendre la bonne décision. Nous vous y avions d'ailleurs invité dès le début de l'après-midi, en demandant la convocation de la Conférence des présidents, car il était évident que seul ce cadre permettait de nous mettre d'accord sur la nécessité d'une commission d'enquête. Nous pouvons regretter que cela ait tant tardé, mais la décision est la bonne.

Du reste, nous avions demandé la constitution d'une commission d'enquête sur les événements du 1er mai dès le 21 juin. J'avais regretté, à l'époque, que les groupes de La République en marche et du Mouvement démocrate et apparentés s'y soient opposés, mais la situation ayant évolué, ils acceptent aujourd'hui, ce qui est une bonne chose.

Il va sans dire, madame la présidente de la commission des lois, que cette commission doit fonctionner comme une commission d'enquête ordinaire, autrement dit que le principal groupe d'opposition doit faire partie du binôme. La majorité décidera qui sera président et qui sera rapporteur, mais il est important que nous soyons présents.

Par ailleurs, j'avais demandé cet après-midi, également au nom de mon groupe, que l'exécutif vienne s'exprimer : Premier ministre ou ministre de l'intérieur, même s'il serait préférable que ce soit le Premier ministre. Le Premier ministre et le ministre de l'intérieur se sont exprimés au Sénat mais le Premier ministre refuse de se présenter devant nous, sur un sujet d'une telle gravité. Je déplore cette forme de mépris à l'égard de l'Assemblée nationale.

Il sera, de toute façon, obligé de le faire. Qu'il s'y refuse est bien dommageable.

J'avais proposé que chaque président de groupe s'exprime deux minutes, puis que le Premier ministre nous réponde, avant que nous ne reprenions le cours de nos travaux. Mais cette intervention devant l'Assemblée me semble être un minimum. Et que l'on ne vienne pas nous parler d'un problème d'agenda ! Sur un tel sujet, quand on est Premier ministre, il n'y a plus d'agenda qui tienne. Plutôt que d'aller s'exprimer devant la presse, il aurait tout aussi bien pu le faire devant nous.

Les faits sont graves, nous l'avons dit. Nos services de police ont été infiltrés par des individus qui n'avaient rien à y faire. M. Benalla est toujours en poste. Cette fuite en avant de l'exécutif et le refus du Premier ministre de s'exprimer devant nous sont choquants. Je vous le dis comme je le pense, et je pense d'ailleurs traduire l'état d'esprit de mon groupe et bien au-delà.

Mais je prends bonne note de la constitution d'une commission d'enquête.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion