⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commission
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.
Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

Intervention de François Ruffin

Séance en hémicycle du jeudi 13 septembre 2018 à 21h30
Équilibre dans le secteur agricole et alimentaire — Article 5 quinquies

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaFrançois Ruffin :

Nous, pour défendre nos convictions, il nous faut nous animer, nous agiter, et ainsi de suite, car c'est la seule arme dont nous disposons.

Sur le fond, nous sommes là pour mieux répartir la valeur ajoutée. Or comment pouvons-nous le faire sans connaître les bénéfices encaissés par les entreprises ? Si cette donnée du problème nous échappe, nous ne pourrons pas avancer sur ce point.

Par ailleurs, monsieur le ministre, vous dites que ce n'est pas possible juridiquement. Nous entendons et réentendons cet argument, et toujours dans le même sens : quand il s'agit de toucher aux intérêts des puissants. C'est toujours dans ce cas qu'on entend que cela va être très compliqué du point de vue juridique.

Je ne suis pas du tout un spécialiste du droit, donc je veux bien entendre que ce n'est pas possible, mais une question se pose alors : que comptez-vous faire ? que prévoyez-vous à la place de cet amendement ? que proposez vous pour mettre Lactalis et Bigard, par exemple, au pied du mur ? Si mon souvenir est exact, à la Libération, voilà ce que Marcel Paul, ministre communiste, a répondu aux juristes qui lui faisaient valoir qu'il était trop compliqué de nationaliser les sociétés qui allaient devenir EDF et GDF : « Je vous paie non pas pour me dire que ce n'est pas possible, mais pour rendre cela possible. » Aujourd'hui, ce que nous attendons de vous, monsieur le ministre, ce n'est pas que vous vous contentiez de nous dire que ce n'est pas possible, parce que ce n'est pas constitutionnel et ainsi de suite, mais que vous nous indiquiez comment avancer pour mettre davantage au pied du mur les industriels qui ne respectent pas la règle du jeu.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion