Intervention de Laure de La Raudière

Séance en hémicycle du jeudi 27 septembre 2018 à 21h30
Croissance et transformation des entreprises — Après l'article 41 (amendements appelés par priorité)

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaLaure de La Raudière :

Cet amendement poursuit le même objectif que ceux de Mme Riotton. Il est quand même étrange qu'en 2016, le Gouvernement et la majorité d'alors aient souhaité brider la possibilité pour des fonctionnaires de créer ou de reprendre une entreprise. Il est quand même bizarre de se priver des talents de nos fonctionnaires ! Car c'est bien le résultat des contraintes mises en place depuis 2016. Ce sont elles qui interdisent à des professeurs de créer une microentreprise de soutien scolaire, par exemple. Comment les professeurs font-ils aujourd'hui pour donner des petits cours s'ils sont à plein temps ? On sait pourtant qu'ils en donnent ! On tolère donc que nos fonctionnaires travaillent « au noir » ?

Ces amendements visent simplement à libérer les énergies de nos fonctionnaires. Des fonctionnaires qui sont aux 35 heures peuvent bien travailler cinq ou six heures de plus sans que cela remette en cause la qualité du service rendu, se procurant ainsi des revenus supplémentaires. Pourquoi réduire leurs ressources au moment où ils essaient de lancer leur entreprise ? Il sera toujours temps pour eux de quitter la fonction publique ou de se mettre à mi-temps quand ils auront développé leur activité.

Je le pense réellement : les restrictions votées en 2016 par la majorité précédente nous privent des énergies et des talents de nos fonctionnaires.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion