Intervention de Célia de Lavergne

Séance en hémicycle du mardi 9 octobre 2018 à 15h00
Questions au gouvernement — Rapport du giec

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaCélia de Lavergne :

Monsieur le Premier ministre, l'urgence climatique est là, maintenant : elle s'impose à nous. Les citoyens français le savent et les citoyens français attendent des réponses fortes. Nous tous, ici présents, sur l'ensemble de ces bancs, nous en sommes les témoins au quotidien sur le terrain.

Hier, le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat – GIEC – a rendu son sixième rapport d'évaluation. Il dit très simplement que nous ne sommes pas sur la bonne trajectoire engagée par la COP21. Il nous faut contenir le réchauffement climatique en deçà du seuil de 1,5° C, car au-delà, les changements seront irréversibles. Mais, au rythme actuel, ce seuil pourrait même être franchi dès 2030.

Concrètement, cela impliquera : une modification de notre climat au quotidien, avec des records de chaleur comme ceux que nous avons connus cet été ; le creusement des inégalités sur la planète, avec la démultiplication des mouvements migratoires et des tensions géopolitiques croissantes ; la disparition de la biodiversité, en particulier d'espèces animales et végétales qui sont utiles à la préservation de notre santé et de notre environnement.

La bonne nouvelle de ce rapport, c'est qu'il est encore possible de contenir le réchauffement en deçà des 1,5° C, mais cela ne se fera pas sans un sursaut international, ni sans l'engagement unanime de tous les décideurs politiques. Il faut donc accélérer.

Votre gouvernement est mobilisé depuis plus de quinze mois, à travers l'action forte du ministre de la transition écologique et solidaire, et nous sommes à vos côtés dans tous les secteurs. Cet engagement doit aussi être celui de chacun des membres du Gouvernement : l'économie, le logement, la cohésion sociale, les transports, l'agriculture, le budget sont autant de politiques publiques qui doivent être responsables vis-à-vis de cette transition, et engagées pour la réussir. En effet, aussi difficiles que soient aujourd'hui les arbitrages, la planète exige que nous nous engagions davantage pour que la transition écologique et solidaire soit pleine et entière.

Dès lors, monsieur le Premier ministre, pouvez-vous nous indiquer les ambitions du Gouvernement et la manière dont chacun de vos ministres est mobilisé pour répondre aux enjeux et à la demande de sursaut légitime de la population française ?

1 commentaire :

Le 14/10/2018 à 13:12, Laïc1 a dit :

Avatar par défaut

" Il nous faut contenir le réchauffement climatique en deçà du seuil de 1,5° C, car au-delà, les changements seront irréversibles. Mais, au rythme actuel, ce seuil pourrait même être franchi dès 2030."

Donc, sous les coups de butoirs de l'industrie américaine, la planète risque d'être invivable au 22ème siècle ?

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Inscription
ou
Connexion