Intervention de Bruno Studer

Séance en hémicycle du mardi 9 octobre 2018 à 21h30
Lutte contre la manipulation de l'information — Article 4

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaBruno Studer, rapporteur de la commission des affaires culturelles et de l'éducation :

La notion d'ordre public étant par essence jurisprudentielle, il ne me paraît pas opportun de la préciser dans la loi. De plus, si une chaîne n'avait pas d'autre vocation que la manipulation de l'information à des fins commerciales, elle violerait des lois déjà en vigueur. Avis défavorable.

2 commentaires :

Le 13/10/2018 à 10:54, Laïc1 a dit :

Avatar par défaut

La notion d'ordre public ne peut pas être défini par le préfet ou le juge, tout doit être défini par l'assemblée et la loi, sinon, c'est le règne de l'arbitraire totalitaire qui s'instaure.

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Le 18/12/2018 à 21:43, chb17 a dit :

Avatar par défaut

Une chaîne d'info-tainment, à fortiori une chaîne privée, a un but commercial, mercantile. Elle va évidemment tout faire pour augmenter sa part de marché et donc sa rentabilité, pour fidéliser son audience, et particulièrement pour choisir et présenter ses programmes et infos de manière à plaire aux annonceurs (dont Coca Cola, selon le fonctionnement qu'expliquait Lelay). Le processus typique en est précisément la manipulation.

Monsieur le rapporteur a donc une notion très biaisée de la propagande quand il ignore l'activité d'une chaîne commerciale, et cela augure mal de cette loi par rapport à la liberté de la presse.

Il est vrai que l'élection de la tête de son mouvement puis des députés "En Marche" a été outrageusement favorisée par le système médiatique aux mains de quelques capitalistes : peut-être y a-t-il retour d'ascenseur ?

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Inscription
ou
Connexion