⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
depuis avril 2020, et les propositions de loi et rapports depuis janvier 2020 ne peuvent plus être intégrés.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.

Intervention de Charles de Courson

Séance en hémicycle du vendredi 19 octobre 2018 à 21h30
Projet de loi de finances pour 2019 — Après l'article 18

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaCharles de Courson :

Il faut être constant, mes chers collègues !

Nous avons sans cesse amélioré la situation des entreprises sous forme sociétaire, mais nous ne l'avons pas fait pour les entreprises individuelles. Aussi, le revenu des entrepreneurs individuels, qui est la somme de la rémunération de leur travail et de l'argent qu'ils laissent dans l'entreprise pour investir et la développer, est soumis à l'impôt sur le revenu et aux cotisations sociales. L'amendement vise à créer un compte sur lequel serait versée une part des bénéfices – autrefois, on appelait cela la « réserve spéciale d'autofinancement » – , qui serait exonérée d'impôt et de prélèvements sociaux tant qu'elle n'est pas pas retirée de l'entreprise.

Actuellement, les entrepreneurs individuels paient des impôts sur l'ensemble du résultat et doivent réinjecter une part de la somme restante dans l'entreprise pour financer l'investissement, alors que, dans une entreprise sous forme sociétaire ou commerciale, on distribue une partie des bénéfices et on laisse le reste dans l'entreprise.

Il s'agit donc de distinguer le revenu du travail et le revenu du capital, comme on disait autrefois, c'est-à-dire le revenu tiré de l'exploitation de l'ensemble des équipements. Certains disent que c'est une idée révolutionnaire ; pourtant, c'est une idée toute simple.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion