⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020 ni ceux d'hémicycle depuis avril 2021. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation. Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

Intervention de Caroline Roux

Réunion du mercredi 24 octobre 2018 à 11h10
Mission d'information sur la révision de la loi relative à la bioéthique

Caroline Roux, déléguée générale adjointe, coordinatrice des services d'écoute d'Alliance Vita :

Monsieur le rapporteur, vous avez raison de demander cette précision sur la PMA avec don, pour les couples hétérosexuels. Notre position est la suivante : nous constatons les difficultés autour de ce dispositif ; si nous sommes ici devant vous, c'est pour vous demander qu'il y ait une prévention accrue, que d'autres solutions soient proposées et que les couples puissent éviter ce type d'AMP, qui est plus complexe du point de vue des couples. C'est aussi vrai pour les grossesses tardives. Notre proposons donc plus de prévention, pour éviter l'infertilité. Voilà qui est primordial à nos yeux.

Vous avez raison de dire que le diagnostic prénatal et les politiques de dépistage ont permis des avancées – peut-être même que certains d'entre nous soient ici présents. De grands progrès ont été réalisés autour de l'accueil, de l'accouchement, etc. J'ai toutefois voulu vous montrer la pression et l'anxiété que vivent beaucoup de couples, même sans handicap soupçonné. Le dépistage suscite de nombreuses interrogations, il crée des confusions quand il est systématiquement proposé. Il est aussi très difficile pour les couples d'accueillir des propositions d'amélioration ou de chirurgie. Nous avons eu un cas récent où une femme a découvert que l'enfant aurait un bras manquant. Il lui est très difficile de se dire qu'elle va poursuivre la grossesse jusqu'à son terme. Quand le handicap est découvert après la naissance, l'enfant est accueilli. Cependant, tant que l'enfant n'a pas été vu, surmonter le handicap est très difficile. Nous comprenons les peurs, pour l'enfant et pour la vie de famille. Mon intervention porte bien sur cette pression diffuse. Ne pourrait-on pas travailler autour de l'annonce de ces malformations et handicaps potentiels, pour créer une vision plus positive du handicap et mieux accompagner les enfants une fois nés ?

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion