Intervention de Christophe Castaner

Séance en hémicycle du mercredi 21 novembre 2018 à 15h00
Questions au gouvernement — Montée de l'antisémitisme

Christophe Castaner, ministre de l'intérieur :

Madame la députée, l'antisémitisme n'a ni frontière, ni discernement et n'appartient à personne, mais il frappe. Il frappe très violemment à travers les attentats, et nous avons évoqué, il y a quelques jours à peine, les conséquences dramatiques de l'attentat de Pittsburgh.

Vous avez évoqué ces personnes, victimes, dans leur quotidien, de ces actes antisémites, ainsi que ces deux femmes, mortes de l'antisémitisme. Ce sujet doit évidemment tous nous mobiliser, et personne ici n'oublie les attentats, les assassinats, les violences, pas plus que l'antisémitisme du quotidien.

Il a de nombreuses sources, que nous connaissons. L'islamisme radical en est une, madame la députée. Mais elle n'est hélas pas la seule. Le populisme, l'extrême-droite et la banalisation du discours antisémite sur les réseaux sociaux contribuent à ce vent mauvais qui souffle sur la France.

Hier, avec la garde des sceaux et la secrétaire d'État en charge de la lutte contre les discriminations, nous avons reçu la communauté juive. Non pas pour lui proposer un énième plan, parce qu'il ne serait qu'une réaction attendue, mais pour tous nous rassembler, quelles que soient nos opinions politiques, dans ce combat majeur.

Celui-ci doit nous mobiliser tous les jours. Nous avons mis en place des outils de combat, comme la pré-plainte en ligne et la lutte contre la diffusion de messages antisémites sur les réseaux sociaux. Nous voulons intervenir systématiquement pour retirer ces messages et, pour ce faire, nous avons doublé les effectifs de la plateforme PHAROS, qui lutte contre ce phénomène.

Plus globalement, des expérimentations sont conduites à Marseille pour former l'ensemble des femmes et des hommes qui reçoivent les plaintes. Il faut d'ailleurs libérer la plainte,...

1 commentaire :

Le 24/11/2018 à 22:58, Laïc1 a dit :

Avatar par défaut

"Hier, avec la garde des sceaux et la secrétaire d'État en charge de la lutte contre les discriminations, nous avons reçu la communauté juive. "

Et après on va nous expliquer doctement qu'il n'y a pas de communautés en France, mais que des citoyens égaux en droits, sans distinction de religion, d'origine, etc...

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Inscription
ou
Connexion