⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
depuis avril 2020, et les propositions de loi et rapports depuis janvier 2020 ne peuvent plus être intégrés.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.

Intervention de Bernard Aulagne

Réunion du jeudi 15 novembre 2018 à 14h30
Mission d'information relative aux freins à la transition énergétique

Bernard Aulagne, président de Coénove :

S'il y a lenteur au décollage, c'est d'abord parce que le marché de la rénovation est extrêmement compliqué. Il n'y a pas deux rénovations qui se ressemblent. Il faut donc quasiment faire du sur-mesure. On est face au tandem infernal de la complexité et des coûts : complexité des travaux et du montage financier et coûts afférents.

Une des causes principales de ce dont parlait Mme Riotton est la carence originelle du DPE. Ce n'est que maintenant qu'on vient de réformer sa méthodologie de calcul et de le rendre opposable, mais jusqu'alors, c'était tout et n'importe quoi. Dans le neuf, c'est facile : vous partez de zéro, vous respectez la RT2012, vous avez des plans et vous faites ce qu'il faut. Dans la rénovation, si vous n'avez pas au départ une photographie fiable pour pouvoir élaborer des projets de travaux et les montages financiers qui vont avec, vous partez avec un vrai handicap. Je ne dis pas que la fiabilisation et l'opposabilité du DPE vont répondre à toutes vos préoccupations, mais elles vont dans le bon sens.

Faut-il créer un argus des travaux pour s'y retrouver dans les devis ? À partir du moment où on améliore la « photographie » des logements, on peut effectivement aussi améliorer la communication sur les rénovations qui marchent au lieu d'attendre que des numéros de Que choisir ? ou de 60 millions de consommateurs pointent les rénovations qui ne marchent pas. Cela fournira au consommateur des éléments plus précis pour lui permettre, en fonction de son cas de figure, d'engager des travaux.

La fiabilisation en cours du dispositif « Reconnu garant de l'environnement » (RGE), chantier qui n'est pas simple, devrait permettre d'éviter que les signes de qualité soient dévoyés par des entreprises malhonnêtes.

Enfin, s'agissant du bonus-malus, je rejoins tout à fait ce qui a été dit. Les enjeux sociétaux sont extrêmement importants. Il faut donc laisser un peu de temps au consommateur et continuer à l'inciter avec des aides mais à un moment donné, il faudra également passer par des voies plus contraignantes pour responsabiliser les propriétaires concernés.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion