⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commission
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.
Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

Intervention de Gérard Longuet

Réunion du jeudi 22 novembre 2018 à 10h00
Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques

Gérard Longuet, sénateur, président de l'Office :

- Chers amis, chers membres de l'Office parlementaire, je m'adresse aux invités pour leur souhaiter la bienvenue et les remercier du temps qu'ils consacrent à la préparation du travail législatif, puisque l'Office parlementaire a pour objet d'éclairer les travaux de nos commissions et donc de nos plénières respectives.

Je salue Jean-Luc Fugit qui, ce matin, remplace Cédric Villani que je vous prierai d'excuser. Il est retenu au Japon pour un symposium international en matière d'Intelligence artificielle, et nous sommes fiers de savoir qu'il représente peut-être le Parlement, mais surtout les compétences françaises dans ce domaine.

Notre ordre du jour est assez riche puisque nous avons une audition publique sur le bilan du fonctionnement des algorithmes de la plateforme Parcoursup. Nous allons ensuite terminer l'examen de la note scientifique sur les enjeux sanitaires et environnementaux de l'huile de palme que notre collègue, Mme Genetet, avait présentée et qui avait soulevé beaucoup d'intérêt, mais aussi des questions demandant des compléments.

Dans notre rapport de l'an dernier, assorti de conclusions sur le portail d'Admission Post-Bac, nous avions retenu trois axes qui nous paraissaient s'imposer pour son remplaçant. Le premier axe était la nécessité de conserver une responsabilité politique dans la définition des algorithmes publics. Effectivement, l'insertion des candidats bacheliers dans l'enseignement supérieur doit répondre à des préoccupations de politique générale de l'enseignement supérieur et de son accès. Ensuite, l'importance d'améliorer l'information et d'enrichir les compétences des utilisateurs pour qu'ils puissent tirer le meilleur parti de ce que nous pouvions mettre en place. Enfin, c'est un peu l'objet de la réunion de ce matin, l'impératif de garantir une évolutivité sous contrôle.

Nous allons dresser un bilan en demandant aux experts compétents de nous le présenter : d'abord les représentants politiques et administratifs du ministère de l'Enseignement supérieur, puisque nous avons la chance d'avoir M. Philippe Baptiste qui est directeur de cabinet de Mme Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation. Les cabinets étant proches du ministre, on peut considérer que M. Baptiste exprimera la politique gouvernementale. M. Jérôme Teillard, lui, est inspecteur général de l'administration de l'Éducation nationale et de la recherche (IGAENR), chef du projet Parcoursup et nous dira quel est son bilan et quel est son ressenti.

Nous donnerons ensuite la parole pour une présentation plus technique à deux chercheurs en informatique qui ont suivi la mise en oeuvre du dispositif. Je salue Mme Claire Mathieu qui est directrice de recherche en informatique au CNRS ; elle est accompagnée de M. Hugo Gimbert, également chercheur en informatique au CNRS.

Les utilisateurs administratifs de Parcoursup sont, en premier lieu, les universités. M. Gilles Roussel est président de la Conférence des présidents d'université (CPU). Il est par ailleurs président de l'Université Paris-Est Marne-la-Vallée… que je traverse quatre fois par semaine pour aller dans la Meuse. Je traverse la ville de Marne-la-Vallée et je regarde l'université avec nostalgie me rappelant mes années d'étudiant, en découvrant une université extrêmement moderne, vivante qui s'est imposée dans le monde universitaire français, pourtant exigeant sur les nouveaux venus. M. Emmanuel Roux est président de la commission juridique de la Conférence des présidents d'université et président de l'université de Nîmes. M. Roux, soyez le bienvenu.

Mme Cécile Lecomte est présidente de la COURROIE et vice-présidente de l'Université de Rennes 1. Le nom COURROIE est une forme d'acronyme pour COnférence Universitaire en Réseau des Responsables de l'Orientation et de l'Insertion professionnelle des Etudiants. C'est un sujet majeur, nous sommes très heureux, Madame Lecomte, que vous ayez pu participer à notre audition de ce matin.

Après vous avoir entendus, nous passerons aux questions, en commençant par celles de Jean-Luc Fugit pour l'Assemblée nationale. Je vais d'ailleurs lui donner la parole tout en précisant que l'audition est diffusée sur internet, en direct et en différé sur le site des assemblées. Elle fait aussi l'objet d'une diffusion Facebook Live, sur la page Facebook de l'Assemblée nationale.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion