⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commission
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.
Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

Intervention de Claire Mathieu

Réunion du jeudi 22 novembre 2018 à 10h00
Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques

Claire Mathieu, directrice de recherche en informatique au CNRS :

- Cet algorithme a été utilisé historiquement pour les étudiants en médecine aux États-Unis pour décider où ils allaient faire leur internat. La méthode précédente n'était pas du tout satisfaisante et à partir du moment où cet algorithme a été mis en place, cela s'est bien mieux passé. Il est maintenant utilisé dans de nombreux pays pour décider de l'affectation d'enfants dans des écoles ou d'étudiants dans des universités ou des lycées. Il est utilisé notamment en Israël, au Chili, en Allemagne.

Il y a une propriété qu'on ne souhaite pas pour ces algorithmes, à savoir qu'un candidat se dise : « J'aurais préféré aller dans telle école », et que cette école se dise : « J'aurais préféré prendre tel candidat ». Parce que si les deux se disent qu'ils auraient préféré faire affaire ensemble plutôt que suivre le protocole de mariage stable, dans ce cas ils vont faire défection. Naturellement l'année suivante, l'école ou le candidat risquent de se dire « Je vais fonctionner en dehors de la plateforme parce que je me débrouillerai mieux en dehors ».

Pour que l'algorithme fonctionne bien sur le long terme et soit accepté, il faut une stabilité ; la propriété qu'il n'existe aucune paire qui aurait pu se trouver mieux en faisant affaire ensemble en dehors est garantie par l'algorithme de Gale et Shapley.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion