Intervention de Pierre Dharréville

Séance en hémicycle du jeudi 20 décembre 2018 à 15h00
Mesures d'urgence économiques et sociales — Motion de rejet préalable

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaPierre Dharréville :

C'est mieux que si c'était pire, et nous demandions cette mesure, mais elle ne saurait constituer une réponse suffisante, surtout à l'heure où vous continuez de vouloir désindexer les pensions de retraite de l'augmentation du coût de la vie, en les augmentant de 0,3 %, alors que l'inflation sera probablement de 1,7 %.

Vous en ajoutez une couche, avec les heures supplémentaires désocialisées et défiscalisées. Le message est clair : pour gagner votre vie correctement et dignement, vous n'avez qu'à travailler plus ! Encore faut-il que vous le puissiez et que votre entreprise vous le propose. Vous employez la même méthode, enfin, pour la prime exceptionnelle de fin d'année. En refusant de l'ériger en principe obligatoire, vous vous en remettez au bon vouloir du patron-roi, qui décidera de son octroi, de son montant et de ses modalités.

Ce plan n'est pas à la hauteur, d'autant plus qu'il laisse de côté des salariés pauvres, à temps partiel subi, les bénéficiaires de prestations sociales désindexées, les agents de la fonction publique, dont le point d'indice ne clignote même plus. Non seulement ce plan n'est pas à la hauteur, mais il est en outre financé dans les grandes largeurs par celles et ceux auxquels il est censé bénéficier. Où vont se faire les économies et qui va payer ?

Non seulement ce plan n'est pas à la hauteur, mais il part dans la mauvaise direction. Il renonce aux mesures pérennes de justice sociale pour se fondre dans le moule libéral que vous n'arrivez pas à briser, ce moule libéral qui continue de détériorer notre relation avec la planète et qui nous empêche d'affronter le défi écologique au niveau où il le faudrait. Ce plan n'engage pas non plus les nouvelles dynamiques sociales nécessaires.

J'ai entendu, voilà quelques jours, des collègues chanter en choeur, à plusieurs reprises : « On l'a dit, on l'a fait. » Mais quand on exerce le pouvoir, quand on a la majorité, on ne peut se comporter en exécutant aveugle, car entre deux élections, le peuple demeure souverain, et la démocratie doit vivre.

1 commentaire :

Le 25/12/2018 à 18:55, Laïc1 a dit :

Avatar par défaut

En quoi le peuple est souverain, puisqu'on ne lui demande jamais son avis ?

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Inscription
ou
Connexion