⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
depuis avril 2020, et les propositions de loi et rapports depuis janvier 2020 ne peuvent plus être intégrés.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.

Intervention de Jean-Louis Butré

Réunion du jeudi 17 janvier 2019 à 9h30
Mission d'information relative aux freins à la transition énergétique

Jean-Louis Butré, président de la Fédération pour l'environnement durable (FED) :

J'ai honte ! La France jouissait d'une totale indépendance énergétique électrique. La France était un très beau pays. Actuellement, nous avons 8 000 éoliennes. Certaines régions, comme les Hauts-de-France, commencent à réaliser la catastrophe qu'est l'éolien. Malgré tout, on nous promet d'en installer deux fois plus ! Tout ce que j'entends, c'est une cuisine : on va donner un petit plus de taxes ici, acheter un petit peu plus là. Il faut savoir ce que l'on veut. S'il faut réduire le nucléaire, pourquoi pas ? Mais quel est l'avantage ? Et à supposer qu'il y en ait un, pourquoi passer de 75 à 50 % de nucléaire dans la production d'électricité ? Il faudrait tout arrêter, dans ce cas. À titre documentaire, sachez que j'ai commencé ma carrière dans le nucléaire – je suis peut-être le seul parmi vous à avoir vécu quatre ans dans des centrales –, j'ai été ensuite directeur d'un site Seveso, puis président-directeur général d'une société pharmaceutique, enfin président d'une filiale de l'Institut français du pétrole. J'avais une vision économique de la France. Or ce que je vois actuellement, ce sont des affairistes, des sociétés qui sont en train d'implanter des dizaines de milliers d'éoliennes provenant d'Allemagne et du Danemark, tout simplement parce que c'est subventionné. Puisqu'on me dit que l'éolien est compétitif, commençons par supprimer tous les tarifs bonifiés, toutes les subventions et aides dont l'éolien profite depuis 2001 !

Qui plus est, on se moque des citoyens en leur disant que des mesures ont été prises. Par exemple, en 2005, les éoliennes faisaient environ 120 mètres de haut. Aujourd'hui, celles que l'on installe dans l'Yonne font 250 mètres. Or la distance de protection des habitations a été maintenue à 500 mètres. Les promoteurs éoliens, parce que cela rognerait leur business, ont toujours refusé de l'augmenter. C'est absolument honteux pour les citoyens !

On parle d'écologie, mais je voudrais rappeler que le pied d'une éolienne est constitué de 2 500 tonnes de béton. Une fois que le parc aura triplé, cela signifiera que vous aurez coulé 50 millions de tonnes de béton dans le sol de la France… Pour vous donner un ordre d'idée : si l'on chargeait des camions toupies avec 50 millions de tonnes de béton, cela correspondrait au tour de la Terre ! Par comparaison, les éoliennes nécessitent dix à quinze fois plus de béton au térawattheure que le nucléaire, sites de La Hague et de Bure compris.

L'argument massue est le climat qu'on veut sauver. Mais les bilans réalisés par tous les gens scientifiquement honnêtes montrent que l'éolien ne réduit pas d'un gramme les émissions de gaz à effets de serre. L'argument ne tient pas ! La campagne « Sauvons le climat » de l'organisation internationale Greenpeace, avec ses 3 millions de signatures bidon, est d'ailleurs complètement manipulée. Où allons-nous ? Est-ce votre vision de la France, une France qui aura 25 000 ou 30 000 éoliennes ? Plus aucun petit village n'y échappera : les gens se baladeront au milieu des éoliennes, mais peut-être finiront-ils par s'y faire ! Ou voulez-vous une France qui aura un peu préservé sa nature et qui essaie de retrouver une certaine écologie ? J'ai vécu la destruction du bocage. On l'a détruit, on l'a couvert de champs de maïs qui pompent de l'eau, et maintenant d'éoliennes. Si c'est cela l'écologie… L'éolien est en train de tuer l'écologie !

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion