⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commission
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.
Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

Intervention de Christophe Castaner

Séance en hémicycle du mercredi 30 janvier 2019 à 21h45
Prévention et sanction des violences lors des manifestations — Après l'article 3 bis

Christophe Castaner, ministre de l'intérieur :

Le 19 novembre, Enrick, un motard sans lien avec les gilets jaunes, est percuté par un véhicule qui, cherchant à éviter un barrage, fait demi-tour : il meurt.

Voulez-vous que je continue la liste ainsi ?

Monsieur Bernalicis, vous avez parlé du Puy-en-Velay. Je crois que vous connaissez un tout petit peu la fonction publique d'État dans les services déconcentrés. Pour ma part, j'ai rencontré les fonctionnaires de la préfecture du Puy-en-Velay – vous savez, ceux dont on a incendié la préfecture ? J'ai rencontré une fonctionnaire qui m'a rapporté qu'on lui avait hurlé ceci : « On va vous brûler comme des poulets ! » J'ai échangé avec les pompiers, qui m'ont raconté comment on leur a empêché d'accéder au bâtiment. À ce moment-là, il n'y avait pas de forces de l'ordre, pas d'escadron de gendarmerie, pas de CRS : il y avait juste nos forces de sécurité locales, que vous avez évoquées et qui ont été amenées à utiliser des armes de défense pour protéger la vie des personnes se trouvant à l'intérieur de la préfecture.

Ces armes de défense peuvent blesser et, dans certaines conditions d'utilisation accidentelle et anormale, mutiler. Leur emploi doit faire l'objet d'enquêtes. Mais votre proposition est assez simple : vous voulez supprimer les armes de défense dans des situations aussi dramatiques que celles qu'ont vécues nos fonctionnaires, sur le terrain, au Puy-en-Velay. Ils n'auront alors plus le choix qu'entre le corps-à-corps et l'utilisation de leur arme de service. Ils ont utilisé une arme de défense réglementaire pour empêcher l'assassinat des gens qui se trouvaient dans la préfecture et de ceux qui ont vu qu'ils voulaient incendier la préfecture. Voilà la réalité !

Ne cherchez pas à évoquer telle ou telle blessure – elles sont toutes graves, comme je l'ai dit dans les médias et comme je le redis ici.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion