⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commission
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.
Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

Intervention de Jean-Michel Blanquer

Séance en hémicycle du lundi 11 février 2019 à 16h00
Pour une école de la confiance — Présentation

Jean-Michel Blanquer, ministre de l'éducation nationale et de la jeunesse :

Madame la présidente, monsieur le président et mesdames les rapporteures de la commission des affaires culturelles et de l'éducation, mesdames et messieurs les députés, l'école est au fondement de la société. Elle est à ce titre notre bien le plus précieux et elle nous impose, pour cela même, d'être à la hauteur du projet qui la porte, le projet républicain, profondément enraciné dans l'âme française.

L'école de la République est notre bien commun car elle est une promesse adressée à chaque enfant qui voit le jour dans notre pays : la promesse que nous formons une communauté de destin liée par les mêmes valeurs, celles de la liberté, de l'égalité, de la fraternité et de la laïcité ; la promesse que la naissance ne sera jamais plus importante que les vertus ; la promesse du courage, du travail, du respect et du sens collectif.

L'école française, avec ses 51 000 écoles, ses 7 000 collèges et ses 5 000 lycées, porte sur tous nos territoires cet esprit des Lumières qui a fait du progrès humain et du progrès social une même aspiration. Dans nos campagnes, au coeur de nos quartiers populaires, dans nos villes petites, moyennes ou grandes, sur leurs rebords, en périphérie, il y a une école, ancienne ou moderne, qui dit chaque fois la même chose : « Filles et fils de France, votre pays croit en vous ».

Alors que nous nous apprêtons à débattre de l'école, je veux rendre hommage à celles et ceux qui, jour après jour, portent cet esprit de progrès : les personnels de l'éducation nationale, les professeurs et les élus de la nation, particulièrement les maires.

Nous sommes exigeants à l'égard de notre école, et c'est bien normal. De ce fait, nous soulignons souvent ses faiblesses. Elles existent, bien sûr.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion