⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commission
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.
Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

Intervention de Sabine Rubin

Séance en hémicycle du lundi 11 février 2019 à 16h00
Pour une école de la confiance — Motion de rejet préalable

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaSabine Rubin :

Ils pourront d'ailleurs être recrutés contractuellement, comme le prévoit l'article 15 du présent projet de loi, autoritaire par sa méthode, mais aussi sur le fond.

À ce propos, l'article 1er donne le ton. Bienvenue dans l'école de la confiance, qui étend le devoir de réserve des cadres de votre administration aux enseignants, qui devront désormais faire preuve d'« engagement » et d'« exemplarité » afin de « contribue[r] à l'établissement du lien de confiance qui doit unir les élèves et leur famille au service public de l'éducation ». Qu'est-ce à dire ? Toute contestation et toute critique de votre politique ou de l'institution, même formulées sur les réseaux sociaux, seraient donc passibles de sanction ? Vous avez promis que l'article 1er serait réécrit. En réalité, vous avez simplement garanti le respect de la jurisprudence relative au statut des fonctionnaires.

De même, de quelle confiance s'agit-il dès lors que le projet de loi prévoit la mainmise du ministère sur l'évaluation de sa propre politique ? Avec l'article 9, en effet, vous créez une nouvelle instance d'évaluation – le conseil d'évaluation de l'école – , composée de douze personnes dont dix seront choisies par vous ou vous représenteront. A-t-on jamais vu l'évalué choisir son évaluateur ?

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion