⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commission
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.
Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

Intervention de Alexandre Freschi

Séance en hémicycle du lundi 11 février 2019 à 16h00
Pour une école de la confiance — Discussion générale

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaAlexandre Freschi :

« L'institution éducative a davantage opéré par voie d'autorité que par la confiance. » C'est par ces mots que René Rémond préfaçait une Histoire générale de l'enseignement et de l'éducation en France en 1981. La confiance, c'est là tout l'enjeu du texte proposé ce jour à notre assemblée. Ce texte, mes chers collègues, repose sur la nécessité de reconstruire ce contrat de confiance afin d'être au plus près de l'esprit même des pères de l'école républicaine que furent Guizot et Ferry.

Un siècle plus tôt déjà, Condorcet rappelait que « l'instruction publique est un devoir à l'égard des citoyens ». C'est dans cet esprit que le projet de loi pose le principe de l'instruction obligatoire à partir de 3 ans. Ce principe répond à un objectif de justice sociale et territoriale. En effet, la promesse d'une école au service de tous les enfants de la République s'adresse d'abord à ceux dont les familles sont les plus vulnérables et dont le renoncement à une instruction précoce entrave un futur égal accès aux savoirs, comme le montrent de nombreuses études. Il s'agit là non pas d'une esthétique déclarative mais d'un véritable enjeu : parce que l'école produit le réel de demain, elle doit redevenir le lieu de la confiance, de la justice sociale et de l'élévation du niveau général.

Avoir confiance en son école, c'est permettre une formation plus égalitaire et homogène de nos futurs professeurs. Former les professeurs nécessite de mieux articuler pratique et théorie, enseignements fondamentaux et pédagogie. Le texte propose également de pré-recruter des étudiants de deuxième année de licence pour les initier progressivement au métier de professeur. Les étudiants pré-recrutés pourront ainsi bénéficier du maintien de leur bourse tout en s'ouvrant à une perspective préprofessionnelle, enrichissante sur le plan pédagogique. Ce sera aussi, pour l'institution, une réelle opportunité de diversifier le vivier de recrutement de ses professeurs, en particulier dans les disciplines qui connaissent les plus fortes tensions en matière de recrutement, à commencer par les mathématiques, l'anglais ou allemand.

Nos professeurs, au-delà de leur fonction, occupent une place particulière au sein de la société. Ils incarnent la promesse républicaine d'un accès pour tous à la maîtrise des savoirs fondamentaux et, par ce texte, notre majorité veut leur témoigner toute la confiance qu'elle leur porte.

L'école de la confiance, c'est aussi laisser les enseignants et les établissements développer des expérimentations de terrain pour satisfaire aux besoins des territoires et des professeurs. Il s'agit ici de simplifier le droit au recours aux expérimentations et, in fine, le travail des équipes pédagogiques au service d'une élévation du niveau général, en renforçant l'efficacité de l'école et la confiance que les familles placent dans le système éducatif.

Une école de la confiance, c'est aussi une école dont les performances sont évaluées selon un seul objectif : améliorer l'existant et satisfaire les intérêts et les besoins des élèves. À travers le conseil d'évaluation de l'école, l'accent sera mis sur les missions de pilotage et de coordination des évaluations. Le conseil d'évaluation de l'école a vocation à produire des cadres méthodologiques et des outils efficaces et adaptés pour faire de l'évaluation un véritable vecteur d'excellence, donc d'élévation du niveau général.

Avoir confiance en son école, c'est aussi faire de la France une puissance éducative. Les établissements publics locaux d'enseignement international constitueront un levier majeur pour l'attractivité de l'enseignement français, tout en faisant preuve de flexibilité, mais aussi d'ouverture à la mixité sociale. Lier objectifs des établissements, enjeux des territoires et garantie d'une formation efficiente : voilà les défis que les collectivités locales pourront désormais relever. Considérer les territoires consiste aussi à répondre aux besoins du terrain : ce sera désormais chose faite pour le département de Mayotte, avec la création d'un rectorat.

Avoir confiance en son école, c'est ainsi comprendre les proximités nécessaires à un meilleur fonctionnement entre les professeurs et l'institution. C'est pourquoi la réorganisation des services académiques initialement proposée ne prévoit aucune suppression des trente rectorats actuels.

Enfin, toujours pour répondre aux enjeux du terrain, un amendement du Gouvernement reprend les avancées de la proposition de loi pour une école vraiment inclusive, adoptée à l'unanimité le 31 janvier dernier, afin de mieux accueillir au sein de l'école nos élèves en situation de handicap.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion