Intervention de Sabine Rubin

Séance en hémicycle du mardi 12 février 2019 à 21h30
Pour une école de la confiance — Après l'article 1er

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaSabine Rubin :

Décidément, ce soir, on aura beaucoup parlé chiffons : encore une histoire qui s'y rapporte, en effet, sur un sujet que vous jugez important et que vous rendez, à force de le mettre sur la table, important.

Je me demande quel problème à vos yeux important vous pensez avoir réglé, depuis les fameuses lois que vous évoquez. En quoi les interdits règlent-ils les problèmes que vous voulez régler ? Ne produisent-ils pas le résultat inverse, comme l'a très bien démontré M. Pupponi ? Ils reviennent plutôt à exclure de la vie publique des personnes qui ont envie de porter le voile.

D'ailleurs, quels sont les signes ostentatoires ? Lesquels allons-nous définir comme tels ? Une kippa, un foulard, pour certaines une perruque, pour d'autres une croix ?

J'ajoute que ce type de mesures, comme cela a été dit, risque au contraire de mettre les parents d'élève à l'écart, de les stigmatiser, sous couvert de neutralité. Il y a là deux poids et deux mesures : pour faire rentrer le monde de l'économie à l'école, il n'y a pas de problème, on ne parle pas de l'absence de neutralité des entreprises ; en revanche, pour ce qui concerne la laïcité et les religions, cela vous pose problème.

1 commentaire :

Le 25/10/2019 à 10:06, Laïc1 a dit :

Avatar par défaut

Il est hors de question que les entreprises entrent à l'école et imposent leur marque, l'école ce n'est pas une agence publicitaire.

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Inscription
ou
Connexion