⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
depuis avril 2020, et les propositions de loi et rapports depuis janvier 2020 ne peuvent plus être intégrés.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.

Intervention de Jean-Michel Blanquer

Séance en hémicycle du jeudi 14 février 2019 à 22h00
Pour une école de la confiance — Après l'article 5 quater

Jean-Michel Blanquer, ministre de l'éducation nationale et de la jeunesse :

J'ai un accord de fond complet avec l'ensemble des propos qui ont été tenus : la formation initiale et la formation continue des personnels doivent évidemment évoluer. Nous devons incontestablement franchir cette nouvelle étape. Nous évoquerons cette question indirectement lorsque le texte abordera la formation des professeurs. Nous visons en effet à garantir à l'échelle nationale une formation plus homogène : le fait que tous nos futurs professeurs passeront désormais, dans le cadre de leur formation initiale, par des modules consacrés à l'école inclusive est un élément de progrès.

La formation continue doit, elle aussi, aborder de manière plus systématique ces questions. Il nous faut également cibler les problématiques particulières que ces amendements ont évoquées, comme les troubles « dys », que nous avons déjà abordés, mais aussi les élèves à haut potentiel ou les différentes catégories de handicaps. La problématique est par ailleurs différente selon qu'il s'agisse du premier ou du second degré.

De plus, comme l'a souligné Mme la rapporteure, le travail de détection que nous conduirons vient en complément, notamment sous l'angle de la santé. Nous avons évoqué hier les visites médicales à 3 ans ou à 4 ans. Nous aborderons également la question des visites médicales ultérieures – les troubles « dys » apparaissent en effet plus tard. Il convient en outre de ne pas oublier l'angle pédagogique : les évaluations effectuées en CP, CE1, sixième et seconde doivent être utiles également sous cet angle.

La capacité à détecter les problèmes, puis à mobiliser la communauté éducative en évitant de fonctionner en silo, est une condition importante de l'évolution paradigmatique que nous avons engagée. Raisonner à partir de l'établissement est une des manières les plus efficaces de fonctionner non pas en silo, mais en équipe. L'école inclusive est l'affaire de toute la communauté éducative, les formations et les compétences de chacun se complétant mutuellement. C'est cette complémentarité qui permettra d'aider l'élève en situation de handicap.

Si, sur le fond, je suis d'accord avec ces amendements, Mme la rapporteure a eu raison de souligner que leur objet relève non pas de la loi, laquelle serait trop rigide pour permettre les évolutions nécessaires, mais du domaine réglementaire. Nous nous organisons pour faire évoluer la formation des professeurs, y compris dans le cadre de ce texte au cours des prochaines heures.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion