⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
depuis avril 2020, et les propositions de loi et rapports depuis janvier 2020 ne peuvent plus être intégrés.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.

Intervention de Jean-Michel Blanquer

Séance en hémicycle du jeudi 14 février 2019 à 22h00
Pour une école de la confiance — Après l'article 5 quater

Jean-Michel Blanquer, ministre de l'éducation nationale et de la jeunesse :

Cette idée intéressante, que vous avez déjà défendue à plusieurs reprises, est susceptible de nous inspirer, même si je ne suis pas certain qu'elle intéresse un grand nombre d'AESH. Elle ne relève toutefois absolument pas du domaine de la loi.

M. Reiss, je le sais, est d'accord avec moi – à plusieurs reprises, il a fait la remarque qu'il n'était pas possible de tout inscrire dans la loi. Ce n'est pas pécher par pragmatisme que de le rappeler : c'est, tout d'abord, avoir le sens de la hiérarchie des normes ; c'est, ensuite, refuser d'écrire des lois bavardes. Il est vrai que ce principe, admis par tous dans sa généralité, est aussitôt oublié dès qu'il s'agit de l'appliquer à un cas particulier.

Nous n'avons aucune divergence de fond : proposer la formation au BAFA est une bonne idée. Les AESH peuvent du reste déjà le passer. Il est également possible de les encourager à le faire. Il conviendrait toutefois de réaliser une étude pour savoir si cela répond à une demande véritable de leur part. Je suis ouvert à cette proposition, qu'il s'agit de suivre mais qui ne relève pas du domaine de la loi. Avis défavorable.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion