⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
depuis avril 2020, et les propositions de loi et rapports depuis janvier 2020 ne peuvent plus être intégrés.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.

Intervention de Danièle Obono

Séance en hémicycle du jeudi 14 février 2019 à 22h00
Pour une école de la confiance — Avant l'article 6

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaDanièle Obono :

Il y a des raisons pour lesquelles des portiques de sécurité sont installés aux entrées de l'Assemblée nationale. Même si ce sont de grandes institutions, nous ne considérons tout de même pas que les établissements scolaires sont de même nature.

Nous refusons également ces portiques de sécurité pour des raisons pédagogiques. Nous demandons, d'une certaine manière, que soit réaffirmée dans le code de l'éducation la nécessité de maintenir un climat de confiance, y compris à l'égard des élèves, dont nous devons respecter l'intégrité et la vie privée. N'est-ce pas l'objectif de votre projet de loi, comme vous le déclarez à longueur de journée, monsieur le ministre ? L'adoption de notre amendement constituerait donc un signal positif.

L'enceinte d'un établissement scolaire n'est pas tout à fait comparable à l'enceinte de l'Assemblée nationale. Les élèves doivent s'y sentir en sécurité, non parce qu'ils sont fouillés ou contrôlés par des caméras, mais parce qu'ils y trouvent une présence humaine qui les rassure et leur garantit un espace de liberté où ils peuvent s'exprimer sans craindre l'intrusion de ces appareils. En termes pédagogiques, la présence humaine est bien plus efficace que les dispositifs techniques que vous ne voulez pas interdire.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion