Intervention de Paul Molac

Séance en hémicycle du vendredi 15 février 2019 à 9h30
Pour une école de la confiance — Article 6

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaPaul Molac :

Le présent article nous inquiète quelque peu. Nous pouvons en effet craindre qu'il y ait peu de mixité sociale au sein de ces établissements. Si j'ai bien compris, ils auront un statut spécial, dérogatoire, et seront destinés plutôt aux anglophones : dès lors, quel est le motif d'intérêt général qui motive leur création ? L'unicité est une chose, la diversité en est une autre, et je peux comprendre que nous devions nous adapter, mais où est l'intérêt général ici ? Certainement pas dans le soutien à la langue anglaise, qui n'a pas besoin de nous pour bien se porter.

Ensuite, si je comprends bien, la collectivité de rattachement peut être une commune puisque ces établissements pourront regrouper l'école, le collège et le lycée. Je note par ailleurs qu'on devra opérer une sorte de tri des enfants puisqu'il faudra vérifier leurs aptitudes – je suppose que certaines matières seront enseignées dans des langues autres que le français...

Enfin, n'aurions-nous pas pu imaginer la création d'un tel dispositif au sein des établissements classiques en renforçant, par exemple, le soutien à certains étrangers, même s'ils sont anglophones ? Mais vous allez me soupçonner de défendre le ministre car il est vrai que sans les EPLEI, les enfants concernés pourraient quitter le service public et aller dans des écoles totalement privées. C'est en effet un écueil.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion