Intervention de Jean-Michel Blanquer

Séance en hémicycle du vendredi 15 février 2019 à 9h30
Pour une école de la confiance — Après l'article 6

Jean-Michel Blanquer, ministre de l'éducation nationale et de la jeunesse :

J'ai abordé tout à l'heure la situation des territoires ultramarins en répondant à Mme Sanquer. J'ai évoqué le cas du créole à cette occasion. Madame Faucillon, vous ne pouvez pas m'accuser de m'en désintéresser.

Il se trouve que je connais bien la question de l'enseignement du créole à La Réunion. Je doute que votre amendement apportait un quelconque remède aux problèmes dont il souffre. Beaucoup d'évolutions sont d'ores et déjà enclenchées.

Je ne puis argumenter en détail au sujet de chaque amendement. Sur ce sujet comme sur les autres, je dispose – comme vous pouvez l'imaginer – d'un argumentaire très complet que je tiens à votre disposition.

Au cours de la dernière suspension de séance – je tiens à le rappeler à tout un chacun – , nous avons convenu que l'accord auquel nous parviendrons devrait permettre d'accélérer le rythme des débats. M. le président l'a suggéré tout à l'heure.

N'interprétons pas indûment les accélérations du rythme des débats. J'ai formulé une première réponse. L'amendement qui suit est relatif à Mayotte. Il me fournira l'occasion d'en formuler une autre.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion