⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commission
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.
Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

Intervention de Christian Hutin

Réunion du mercredi 6 février 2019 à 9h35
Commission des affaires étrangères

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaChristian Hutin, rapporteur :

C'est l'inverse. Ce que je voulais dire, c'est par rapport au nombre de conjoints. Il y a beaucoup plus de femmes qui partent avec leur mari dans des fonctions et qui cherchent du travail. Les 15 % dont je parlais représentent 15 % d'hommes qui suivent leur conjointe et qui eux cherchent du travail. Par contre, nous pourrions essayer de chercher d'affiner l'équilibre entre hommes et femmes dans la diplomatie. Toutefois, il est beaucoup plus fréquent que ce soit des femmes qui suivent leur mari diplomate et qui rencontrent des difficultés à trouver un emploi. Je me suis peut-être mal exprimé mais c'est le seul chiffre dont je dispose.

Pour répondre à la question de Mme Mireille Clapot, il existe bel et bien un service dédié au ministère des affaires étrangères, qui s'en occupe manifestement plutôt bien. Nous n'avons pas de souci majeur. S'il n'existe pas d'accord, le service fait ce qu'il peut. Il existe des notes verbales et cela fonctionne bien mais lorsqu'une convention claire et nette existe, c'est encore plus facile. Un véritable service s'occupe des diplomates et des conjoints des diplomates. Pour l'OCDE, cela se passe en général toujours bien depuis de nombreuses années. Pour l'Europe aussi, nous avons l'habitude de travailler ensemble. Combien de pays encore ? Le but fixé par le « Ministère du XXIe siècle » de l'ancien ministre Laurent Fabius est d'atteindre 80 pays. C'est parfois un sacrifice de partir loin. Nos diplomates ne sont pas tous gâtés.

Nous parlons parfois de business class alors que nos diplomates ne voyagent pratiquement jamais en business class, extrêmement rarement. Je pense qu'un ambassadeur a le droit, quelle que soit la distance, d'avoir un billet en business class, pour aller dans le pays une première fois et quand on lui dit que sa mission est terminée. Il est évident que lorsque nos ambassadeurs voient ceci et qu'ils observent les autres, les Américains par exemple, ils ne sont pas gâtés. Il y a de belles résidences mais c'est un sacré boulot. Très franchement, lorsque l'on peut aider les conjoints non seulement des ambassadeurs mais aussi des premiers secrétaires, des seconds secrétaires, des attachés culturels, etc car il existe toute une hiérarchie, c'est une excellente chose. Je pense que tous ceux qui connaissent bien la diplomatie, et Jérôme Lambert en particulier de par son expertise du domaine, peuvent dire que tout ce qui peut être fait pour les conjoints de nos corps diplomatiques et une belle chose. C'est pour cela que je vous engage à voter pour l'approbation de ces accords, et il y en aura encore d'autres qui vont suivre.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion