Intervention de Olga Givernet

Séance en hémicycle du lundi 18 février 2019 à 16h00
Agenda commercial européen et accord de partenariat économique entre l'union européenne et le japon — Discussion générale

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaOlga Givernet :

L'effort de transparence du Gouvernement devra désormais se vérifier dans la qualité de l'étude d'impact qui accompagnera le projet de loi de ratification, ainsi que dans l'évaluation comme dans les négociations des prochains accords.

Cette proposition de résolution est également importante dans la mesure où elle vient soutenir l'agenda ambitieux du Président de la République et de l'Union européenne en matière de politique commerciale. Je parle d'agenda ambitieux parce qu'il apparaît à rebours de ce soubresaut de l'histoire où les États-Unis, jadis architectes et garants du système international, en sont désormais les pourfendeurs.

Nous devons avoir conscience que ce vieux monde – bâti sur le multilatéralisme et sur la volonté des peuples de se parler afin de ne pas replonger dans l'obscurité – , dont nous avons parfois pensé, en Occident, qu'il était immuable, inamovible et insubmersible, pourrait bientôt ne plus être.

Ainsi, tandis que les États-Unis choisissent de se refermer sur eux-mêmes, rompant l'accord de partenariat transpacifique pourtant patiemment élaboré par Barack Obama et renégociant l'accord de libre-échange nord-américain – ALENA – comme si celui-ci était responsable de tous leurs maux, l'Europe, elle, a choisi d'emprunter le chemin inverse.

De même, tandis que les États-Unis choisissent de sanctionner leurs alliés tout aussi durement que leurs adversaires en leur imposant une hausse des taxes sur les importations d'acier et d'aluminium, l'Europe, elle, choisit de faire bloc et de réagir tout en conservant un attribut essentiel de son ADN depuis 1945 : le multilatéralisme.

L'Europe a choisi de rester fidèle à son histoire postérieure à la Seconde Guerre mondiale, consciente que chaque fois qu'elle a vu le monde plus petit, plus étriqué et plus restreint qu'il n'était, elle en a payé les conséquences.

Par ailleurs, son agenda commercial ambitieux lui permet d'envisager de maintenir un statut de puissance économique ne subissant pas la mondialisation. L'Europe a toujours été au coeur du commerce international. Elle doit l'encourager et le promouvoir, tout en le faisant évoluer. Elle doit conserver sa position de première puissance économique mondiale, afin de fixer des règles au marché mondial et de faire en sorte qu'elles soient davantage respectées. Elle ne doit pas s'incliner face à la Chine des nouvelles routes de la soie, qui divise ses partenaires et les place sous sa coupe.

C'est grâce à l'agenda commercial ambitieux qu'elle s'est donnée et parce qu'elle demeurera une puissance économique majeure que l'Europe sera en mesure de peser sur les grandes transformations de notre monde.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion